vendredi 12 mai 2017

Du feu de l'enfer de Sire Cédric






Présentation de l'éditeur : Manon maquille les cadavres, Ariel maquille les voitures. Elle est thanatopractrice, il est délinquant. Ils sont frère et soeur. Un jour, l'une des combines d'Ariel tourne mal
et Manon se retrouve complice malgré elle. Lorsque les assassinats les plus sordides s'accumulent autour d'eux, traçant un jeu de piste sanglant vers une secte satanique, le capitaine Raynal s'intéresse à leur cas. Commence alors une traque qui brouillera
les limites entre alliés et prédateurs et mettra à l'épreuve les liens du sang.






On était à la limite du coup de coeur !


Ce qui est génial avec Sire Cédric, c'est on seulement sa capacité à brushinguer à tout va comme une petit fou, mais aussi d'avoir des romans d'un style bien particulier. Je le sais, je me répète constamment, mais beaucoup disent de lui que c'est un Stephen King Français. Pourquoi pas, même si je pense qu'il n'y a pas de comparaison possible, et c'est une fan des deux auteurs en même temps qui vous parle. La Particularité de Sire Cédric, c'est tout simplement d'être à la limite du too much mais sans jamais la dépasser, et toujours pour nous rouler dans la farine. Et je dois dire qu'il est plus que doué à tout ceci.

Ainsi, on s'approchera réellement du trop gore, du trop cliché, des réactions trop trop trop.... Mais à chaque fois qu'on se dit qu'il y a trop de tripes, que les protagonistes réagissent trop fort, que les relations entre eux sont vraiment.... Et bien, il vous retourne cela comme une petite chaussette en vous montrant proprement qu'il faisait cela bien sciemment pour vous induire en erreur.


Alors pourquoi pas de coup de coeur !

Je ne sais pas. Le thème proposé qui n'était peut être pas dans l'humeur du moment. Attention, je trouve que du Feu de l'Enfer est un très bon roman et qu'il mérite amplement d'être lu. Je ne l'ai pas non plus lu en survolant, comme on peut le faire parfois dans le feu de l'action (surtout avec ma parter in crime, Yumiko). C'est juste que le thème abordé, au final, ne m'a pas tellement plu. L'enquête était superbement bien menée, j'ai été roulée dans la farine et j'ai aimé cela.

Mais non, il  m'a manqué une petite flamme. Et c'est bien dommage. Cela dit, je pense que je me rattraperais gentiment avec Tes yeux, celui que j'ai loupé honteusement en ne regardant pas les dernières sorties (sérieusement, j'ai fait ça ?). Je me le réserve pour quelques petites vacances sur la plage, ou bien dans une chaise longue parce qu'il n'y a rien de mieux que de savourer un bon thriller sanglant des lunettes de soleil sur le nez

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire