lundi 20 mars 2017

La reine Liberté, tome 3 : L'épée Flamboyante de Christian Jacq

Présentation de l'éditeur : Au nord, les barbares Hyksos règnent toujours avec une brutalité maintenant décuplée, alors que la reine Ahotep a reconquis uen grande partie du sud: son mari d'abord, tué au combat; puis on fils aîné, Kamès, mystérieusement empoisonné... Ahotep refuse une nouvelle fois d'être couronnée pharaon et prépare son second fils, le jeune Amosé, à prendre le pouvoir. Cependant, grâce à elle, les Egyptiens sont prêts pour le derniere bataille. Ils assiègent Avaris, la capitale des Hyksos, plus rien ne peut les arrêter. Apres cent ans d'occupation et des milliers de morts, l'Empire va enfin renaître de ses cendres, grâce au courage et à la détermination d'une femme! Sans la reine Ahotep, la Vallée des Rois n'aurait plus existé, L'Egypte n'aurait pas connu la période de splendeur que fut le Nouvel Empire, ni les plus glorieux de ses pharaons, parmi lesquels Ramsès le Grand.






Comme toujours un régal

La reine liberté faisant partie d'une de mes sagas chouchous étant adolescente et j'avais vraiment envie de vous la partager. Aussi, lorsque j'ai attaqué le tome 3, j'étais à fond les manettes. Sans trop vous en dévoiler et je vais me redire sur Christian Jacq. Lorsque vous désirez vous culturiser sur la période Egyptienne, c'est le mec de la vulgarisation historique à voir. Alors certes, c'est romancé juste pour nous rendre les choses sympas, on est d'accord. Mais comme base pour vos petites recherches personnelles, c'est une véritable mine d'information.

Ici, mine de rien, on a l'instauration de la Place de la vérité, vous avez tout une partie sur les installations militaires des Egyptiens mais aussi des Hyksos (et donc, l'émergence du char dans la machine de guerre, ce qui n'était pas rien à l'époque). Vous avez tout ce qui concerne la vie intime mais aussi culturelle et artisanale de l'Egypte Antique. Et tout ceci dans une histoire pleine de suspense

Entre construction de personnages et littérature.

Oui, on a des personnages qui sont tout de même idéalisés. On se rend bien compte que c'est romancé et voire que parfois c'est un peu too much. Mais croyez moi que le méchant de la fin, vous ne le devinez pas de suite. Et puis parfois, il faut savoir ne pas être trop tatillon et accepter de lâcher prise sur tout cela pour vous embarquer dans un voyage de folie.

C'est cela Christian Jacq. Et c'est cela la Reine liberté. Ce mec a été un écrivain un peu féministe avant l'heure parce qu'il nous a pondu des héroïnes fortes, qui n'ont pas besoin de leur mec, de leur roi ou tout autre personnage masculin pour évoluer. Et si vous regardez attentivement dans ses autres sagas, vous retrouverez toujours ces mêmes schémas. Alors lisez moi tout cela, laissez vous rêver et assistez à l'émergence de la grande puissance Egyptienne ! 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire