mardi 28 février 2017

Mes vrais enfants de Jo Walton (traduit par Florence Dolisi)



Présentation de l'éditeur : Née en 1926, Patricia Cowan finit ses jours dans une maison de retraite. Très âgée, très confuse, elle se souvient de ses deux vies. Dans l’une de ces existences, elle a épousé Mark, avec qui elle avait partagé une liaison épistolaire et platonique, un homme qui n’a pas tardé à montrer son véritable visage. Dans son autre vie, elle a enchaîné les succès professionnels, a rencontré Béatrice et a vécu heureuse avec cette dernière pendant plusieurs décennies. Dans chacune de ces vies, elle a eu des enfants. Elle les aime tous… Mais lesquels sont ses vrais enfants : ceux de l’âge nucléaire ou ceux de l’âge du progrès? Car Patricia ne se souvient pas seulement de ses vies distinctes, elle se souvient de deux mondes où l’Histoire a bifurqué en même temps que son histoire personnelle.




Ce livre est une référence en lui même

Vous connaissez sûrement ce genre de personnes qui disent que non, la science fiction n'est pas pour eux. Parce que c'est un truc de geeks qu'ils n'aiment pas les vaisseaux spaciaux. Bref, on ne va pas entamer ensuite le débat sur lequel Star Wars est en fait une saga de fantasy sinon je vais vous perdre définitivement. Puis, il y a ce genre d'auteures, comme Jo Walton, qui peuvent vous aider tout simplement à découvrir de nouveaux styles littéraires. Qui peuvent vous aider presque de manière magique à vous faire sortir de vos sentiers battus.

Souvenez vous dans mes chroniques de la saga du Subtil changement où je vous ai décrit à quel point la dystopie pouvait être suivie par tous. Et que pour entamer des gros titres qui tachent (mais tout aussi passionnants) comme le Maître du Haut Château où la dystopie prend tout son sens. Avec cette saga, vous aviez la version light où l'intrigue policière puis politique prend le pas sur le monde dystopique. Ce qui vous permet de découvrir ce genre de romans bien particuliers mais sans non plus être trop désorienté.

Ici, avec mes vrais enfants, vous découvrez la science fiction, les réalités alternatives, de manière douce mais ô combien passionnante.


Le postulat est simple : vos choix influencent tout

On part du principe où l'héroïne, Patricia, fait un choix à un moment donné : celui d'épouser ou non son petit copain du moment. Et selon son choix, elle deviendra dans le récit Pat ou Tricia parce que figurez vous que cette femme, à la fin de sa vie, se souvient de ses deux alternatives, ce qui veut dire que selon son choix, elle aura un nombre d'enfants différent. Et vous me direz que cela devrait être en gros la seule grosse différente parce que c'est la vie d'une femme ordinaire, une femme qui a eu une vocation d'enseignante dans l'Angleterre d'après guerre. Et point barre.

Sauf que ce choix simple va changer subtilement tout le monde entier. Ce qui rend la théorie de notre destinée à tous tellement plus intéressante, ne trouvez vous pas ? Selon son choix, elle va changer radicalement de vie, mais aussi de personnalité. Ses actions n'auront pas le même poids. Quant à la morale, l'auteure ne prend pas réellement position car elle nous laisse le choix aussi de préférer une vie plutôt qu'une autre.

En bref, si vous n'aimez pas la science fiction, peut être aimerez vous Jo Walton. J'ai déjà fait l'expérience de la faire lire à des amis qui n'aimaient pas ce genre, et croyez moi, ils ont tous adoré. Un grand merci aussi aux Editions Denoël pour nous faire découvrir cette auteure. C'était réellement un roman magique.

3 commentaires:

  1. OK j'étais déjà intéressée tu m'as complétement convaincue

    RépondreSupprimer
  2. Il est vrai que c'est un livre plutôt malin pour commencer le genre !

    RépondreSupprimer