vendredi 3 février 2017

Le cimetière des oubliés de Zaroff



Présentation de l'éditeur : Paris, EuroFrance, 2134.
Une beauté fatale vient signaler la disparition de son vieil époux auprès du détective Jan Vorlok. Pourquoi ce haut fonctionnaire du Consortium EuroFinances trainait-il dans les quartiers malfamés avec un nom d'emprunt et en y prenant des photographies d'une autre époque ? Vorlok partira sur ses traces en enquêtant chez un AntiBroc et dans les Catacombes où son indic a pour habitude d'y finir ses nuits alcoolisées.
Quel est le maléfique secret du cimetière des Oubliés et de cet étrange fossoyeur ? Vous découvrirez une vérité sordide à l'atmosphère digne d'un "Travail du furet" de J.P ANDREVON dans ce polar SF où Vorlok laissera toute espérance.







Je l'ai retrouvé !

Parfois, on prend des nouvelles et on les oublie. Carrément, comme cela ! Et en farfouillant dans mes ebooks pour savoir quoi lire au mois de Janvier, voila t y pas que je tombe sur ce titre évocateur, cet auteur inconnu pour moi et surtout le volume un peu sympatoche dans le sens où je pouvais le caser pendant ma sacro sainte pause de midi où j'ai pas envie qu'on vienne me déranger.

J'ai donc pu me remettre de cette nouvelle tranquillement (après les mystères de Paris, je vous dis pas comment cela m'a semblé court cette histoire). Et hop hop hop, je suis passée à autre chose. Car je pense tout simplement qu'elle a été écrite pour nous divertir et non pour nous révolution un genre littéraire.


Et c'était bien.

Oui, cela a fait carrément son job. Une ambiance noire, un détective privé qui enquête sur un mystère, un Paris vraiment bizarre mais c'est plutôt normal parce qu'on est dans le futur. L'écriture était péchue. L'intrigue était bien menée. On n'avait pas non plus recours à des artifices (puisque ici, on est dans le futur) pour rendre la nouvelle intéressante : l'histoire se suffisait amplement toute seule.

En bref, un bon moment de détente pour la pause déj. J'étais bien contente et si jamais je retrouve un écrit de l'auteur, je le reprendrai avec plaisir.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire