vendredi 18 novembre 2016

Les annales de la Compagnie Noire, tome 4 : Jeux d'ombres de Glen Cook


Présentation de l'éditeur : Après la terrible bataille des tumulus, la compagnie noire est réduite à sept membres : Toubib, annaliste, capitaine et médecin ; Gobelin et Qu'un-Œil, les deux sorciers ; Otto et Hagop, les deux soldats increvables ; Murgen le porte-étendard dont le rôle dans l'histoire va prendre de l'ampleur et enfin la Dame qui à la suite de la perte de ses pouvoirs et son entrée au sein de la Compagnie, s'est rebaptisée Madame. Toubib à la fin du troisième épisode a décidé de ramener les annales de la compagnie au Khatovar. La petite troupe décide donc de descendre dans le Sud pour y parvenir, après une escale à la Tour de Charme. Le long du chemin, la compagnie s'agrandit avec notamment parmi ses recrues un curieux génie du nom de Crapaud et les Nars, descendant d'une partie de la compagnie qui était restée dans une ville du nom de Gea-Xle. Ce livre marque le retour d'Asservis que l'on croyait morts depuis des années et un tournant décisif dans la relation entre toubib et Madame. La compagnie Noire atteint Taglios, une immense cité à la tête d'un état en guerre contre les Maîtres d'Ombres, des sorciers puissants que rien ne semble arrêter. Toubib se retrouve confronté à un choix difficile : s'engager à la solde du chef d'état Prabindrah Drah et risquer l'anéantissement de la compagnie ou bien tenter sa chance seul avec la compagnie sans savoir s'il y a un autre chemin. Son choix ne plaira pas à tout le monde.



Un tome un petit peu morose.

Alors certes, en lisant la Compagnie Noire, je ne me disais pas que j'allais me fendre la poire toutes les deux secondes. On sait que l'histoire est triste et sombre et tout ceci. Mais on aime ses membres et là, il vous faut avouer tout de même qu'elle est en mauvaise posture. Les gars ont le moral en berne, ils ont leur réputation, on est d'accord, mais ils n'ont plus d'allégeance, ils n'ont plus que quelques membres, leurs richesses ne sont pas forcément au beau fixe. Et encore, on a eu du bol de sauver des annales. Parce que sinon ils perdaient aussi leur histoire.

Mais du coup, la Compagnie fait un long voyage. Il ne se passe pas grand chose, pas de grands danger, pas de véritable actions. S'ensuit aussi la discussion avec les membres du groupes pour savoir ce qu'ils vont faire de leur vie. C'est mignon mais on aime la castagne aussi donc on attend, on plante pour voir ce qui va se passer. Et bien, il ne se passe pas grand chose au point que lorsque les Asservis décident de revenir, on les prendrait bien dans nos bras pour faire un câlin !


Une série qui s’essouffle ? 

Mais non lecteurs de peu de foi. On a le même effet soufflet qu'en lisant le Trône de Fer. Ce sont à la base des livres qui sont gros mais qui sont redécoupés en France, ce qui donne du coup un tome introductif, un tome mise en place, un tome action/résolution. Bon. On est dans le tome introductif alors quitte à ne pas avoir trop d'action, on fait quand même gaffe à ce qui s'y passe car cela risquerait fort d'être important plus tard.

En bref : on fait tous un peu du boudin. Le point positif, c'est Toubib qui garde le cap. On sent bien qu'il fait des bêtises mais au moins, il tente des choses pour avancer. Il croit fondamentalement en l'avenir de la Compagnie même si on se doute bien qu'il est un peu fatigué. Mais quand on regarde ce qu'il s'est passé dans le groupe ces dernières années. On comprend un petit peu.

1 commentaire:

  1. Cette saga me fait de plus en plus de l’œil.. Je pense que je vais me procurer les intégrales pour ne pas ressentir les méfaits du découpage français qui sur Le trône de fer, me dérange beaucoup.

    RépondreSupprimer