mardi 15 novembre 2016

Le récif de Seita Parkkola-Vuorela



Présentation de l'éditeur : Mitia, son frère Vladimir et leur mère prennent la route des vacances dans un camping-car. Une panne les immobilise dans un camping en bord de mer. Au cours de ses promenades sur le rivage, Mitia rencontre une bande de garçons vagabonds qui se font appeler les Épaves, ainsi que leur ennemie, une fille mystérieuse en robe blanche qui marche pieds nus sur les rochers et tire à l’arc. Qui est-elle vraiment ? Pourquoi ces garçons n’ont-ils aucune attache, aucun souvenir ? Pourtant, Mitia a cette étrange certitude d’être un des leurs. Nourri de récits mythologiques, empreint de réalisme magique, ce récit proprement envoûtant dessine une approche poétique et apaisante du sentiment de la perte. Le Récif a été élu Meilleur roman scandinave pour jeunes adultes en 2013.







Un récit qui traite de sujets difficiles pour de jeunes adultes.

Je savais déjà que les scandinaves étaient très bons dans leurs thrillers et j'adore m'en faire un de temps en temps ne serait ce que pour l'ambiance. Mais si en plus ils deviennent bon en Jeunesse. J'ai hâte de tâter d'autres styles et je ne suis pas loin de demander ma carte de résidente ! Nous avons là un livre qui traite d'émotions et de choses particulièrement difficiles pour de jeunes adultes et j'y ai trouvé une poésie, une manière d'écrire qui vous donne l'impression que les mots filent entre vos doigts. Bref. Ne serait ce que pour la forme, je vous conseille déjà de lire ce roman.

Et qui plus est, chose de plus en plus rare dans la littérature jeunesse et jeune adulte. On ne vous prend pas pour des buses. On ne simplifie pas à l'extrême et j'ai même envie de vous dire qu'on ne prend pas les gants. On parle de sujets qui peuvent choquer, qui peuvent attrister et on ne rend pas cela mièvre pour autant. L'auteure n'a pas hésité une seule seconde d'aborder un axe qui est poétique mais qui n'enlève rien à la dureté de la chose. Et jusqu'au bout, on se demande ce qui est réel et ce qui ne l'est pas.


Un séjour dans les limbes.....

Et pour aborder ce sujet, elle utilise pour cela des mythes connus et des légendes un peu moins connues (du moins en France). Elle les dépoussiérise pour nous  les amener à notre époque, à notre situation. Et paf. Vous avez le Récif. J'ai mis du temps à me rendre compte que parfois, on parlait plus de mythe que d'une histoire, l'histoire de Mitia qui plus est. Et comme c'est le héros, on aimerait bien savoir la vérité sur ce qui s'est passé. Mais l'auteure décide d'utiliser un peu la parabole pour nous laisser dans un espoir bien flou que j'appellerai les limbes.

C'est comme lire ce livre au sortir du réveil, ce moment où on ne sait pas si on est réveillé ou si on dort encore. C'est le moment où on disait auparavant que les dieux nous parlaient le mieux. En bref : une belle découverte. Ce livre n'est pas parfait. Ce n'est pas un coup de coeur. Mais c'est une belle parenthèse enchantée.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire