mercredi 16 novembre 2016

Femmes en politique, en finir avec les seconds rôles de Marlène Coulomb-Gully

Présentation de l'éditeur : En France, la politique reste un bastion du sexisme. Aujourd'hui encore, les femmes sont sous-représentées, comme le montrent les chiffres des différentes assemblées. Malgré la parité imposée pour certaines élections (conseils régionaux et départementaux, etc.), elles ne parviennent pas à briser le plafond de verre (peu sont présidentes de région, et, en 2016, plus aucun ministère régalien n'est réservés à une femme). Le seuil de tolérance a cependant baissé, témoignant d'une évolution des mentalités, plus rapide durant les 50 dernières années que durant les siècles antérieurs. Mais si le sexisme est aujourd'hui dénoncé avec vigueur, il contribue aussi à éloigner les femmes du monde politique. Dans un livre à la fois caustique et pédagogique l'auteure explique en quoi notre histoire et notre imaginaire collectif contribuent à cantonner les femmes aux seconds rôles, propose une analyse du rôle des médias dans cette partition inégalitaire et s'interroge sur les leviers dont on dispose et les outils à inventer pour une plus juste répartition des responsabilités politiques




Ouh là là, quelque chose de sérieux ici ?

Et oui, bandes de rêveurs patentés, il faut savoir aussi lire utile. En finir avec les : Je crois en l'égalité homme femme. Mais quand même c'est normal qu'elles soient moins bien payées parce que les congés maternité et pour les gosses. Cela va bien deux minutes. Et je l'entends partout, tout le temps. A la maison parfois, au boulot très souvent, en regardant les journaux. En me baladant dans la rue ou dans les conversations des autres....

Le fait que les femmes politiques sont certes présentes mais qu'elles ne possèdent pas de poste clé. Cela ne choque personne fondamentalement dans notre pays. Nous y sommes habitués. Peut être ceux de ma génération se souviendront d'Edith Cresson comme premier Ministre qui s'est faite éjectée en quelques mois. On lui a donné tous les motifs d'incompétence et surtout, c'était une femme. Cela expliquait tout bien entendu. On n'approche pas non plus du mythe de Simone Veil, celle que nous adorons toutes (mais si, j'en suis sûre) en se disant qu'on n'arriverait jamais à la dépasser.


L'auteure ne conteste pas les faits.

Elle revient bien entendu sur notre histoire. Elle fait un état des faits qui j'espère est le plus impartial possible pour nous montrer son point de vue. Lorsque les femmes sont en politique, c'est surtout pour des rôles mineurs. Et on se doute bien que le titre de Présidente de la République ne sera pas octroyée de sitôt. Alors si c'est parce qu'il n'y a pas de bonnes candidates, cela ne serait pas si terrible. Mais si la plus grosse excuse est tout simplement parce que c'est une femme, on parle de discrimination et ça c'est moins cool.

Et le moins cool du monde, c'est que nous nous y sommes faites. Que si les hommes ont ce pouvoir sur nous, c'est parce que nous les femmes, nous  le leur laissons, tout simplement. Alors, en effet, lire ce petit livre nous met mal à l'aise. Mais il remet en lumière une situation qui est depuis longtemps, il faut bien l'avouer plus que révoltante.


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire