mercredi 12 octobre 2016

Sorceleur, tome 0.5 : la saison des orages de Andrzej Sapkowski






Présentation de l'éditeur: On a volé les fameuses épées du Sorceleur ! Et il en a plus que jamais besoin : une intrigue de palais se trame et le prince de Kerack a requis l'aide de Geralt. Mais ce dernier va devoir déjouer les manœuvres d'une belle et mystérieuse magicienne rousse avant de partir à la recherche de son voleur. Heureusement, son fidèle compagnon barde Jaskier lui sera d'un précieux secours, de même que son nouvel ami, le nain Addario, pour affronter les dangers qui l'attendent.








On poursuit une saga qui a des allures bien sympatoches.

Oui, en ce moment, je fais rarement des tomes solitaires. Et en prime, je fais régulièrement des lectures communes. Pour la saga de Sorceleur, vous avez le trio des Drôles de Dames composé de moi, Hélène et Claire. Et croyez moi, les réflexions autours de Géralt vendent du rêve. Parce que ce tome est aussi drôle mes amis. Figurez vous que Géralt s'est fait voler sa grosse épée par une séduisante sorcière autre que Yen (ce qui dans mon petit coeur ne passe pas, sachez le). Et du coup, on retrouve qui pour l'aider ? Jaskier, le compagnon de toujours qui va l'aider certes mais qui va quand même le faire un peu galérer comme à chaque fois. Et on va rencontrer le nain Addario pour mon plus grand plaisir.

Ce qui change par rapport au tome 1, c'est qu'on passe ici au style romanesque plutôt qu'au roman. Et j'adhère aussi comme Hélène. Pas que je n'ai pas aimé la composition du premier tome, je la trouvais vraiment sympa pour découvrir le personnage principal. Maintenant, j'avoue, le style roman pour continuer à suivre notre Sorceleur préféré mais à travers ses quêtes personnelles, c'est quand même mieux !


A la recherche d'une grooooooosse épée.

Donc, comme vous vous en doutez, je me suis encore bien marrée pendant tout ce tome. Il faut dire que Géralt fait régulièrement des bourdes. Et elles sont monumentales. Et en prime, il a une répartie et un sens de l'humour que j'apprécie particulièrement. Jaskier est toujours aussi succulent et remplit bien son rôle d’acolyte. Sinon que vous dire de plus ? On a toujours des gens qui prennent un sorceleur soit pour un monstre soit pour un assassin. Et le côté brut de décoffrage de Géralt nous permet de les remettre en place bien comme il faut.

La morale ? Au travers de ses aventures, Geralt nous pointe des choses qui sous couvert de fantasy vont peut être nous révolter alors que dans la vie de tous les jours, pas du tout. Et c'est bien cette mise en relief car on peut soit prendre la lecture comme elle vient pour son caractère divertissant ou se poser un petit peu après coup et réfléchir sur la vie, l'amour, la guerre, toussa. Et pour notre plus grand plaisir ;)

1 commentaire:

  1. "une séduisante sorcière autre que Yen (ce qui dans mon petit coeur ne passe pas, sachez le)." Amen à ça.

    Mais de ce que je comprends, la lecture commune fait vous avez enchaîné du Dernier Voeu à La Saison des Orages ? Héhé, si c'est le cas, j'ai hâte que tu lises la suite, il va y avoir des surprises~

    Il y a effectivement une part de réflexion : quelque chose qui m'avait fait tilt par exemple, Andrzej Sapkowski est un auteur polonais qui a quand même une certaine importance dans son pays et le fait que la sorcière Corail défende activement le droit à l'avortement (la scène où elle en parle avec le roi qui trouve ce concept abominable et qu'elle lui fait comprendre, grosso modo, qu'une femme n'est pas qu'une machine à pondre et qu'un enfant est parfois indésirable à certains moments de vie, etc), il y a un parallèle sachant qu'en Pologne, l'IVG est un droit limité, encore très tabou et qui a même failli (re)devenir illégal fin 2016.
    Comme quoi, on peut bel et bien aborder des sujets "réels" même dans un monde imaginaire, oui !

    RépondreSupprimer