mercredi 14 septembre 2016

Les Royaumes Oubliés : La Légende de Drizzt, tome 10 : une aube nouvelle de R.A. Salvatore





Présentation de l'éditeur : Le démon Errtu ourdit sa vengeance contre Drizzt. Il le poursuit par-delà les mers et les étendues gelées, lançant tous ses sbires à ses trousses. Pour lui échapper, Drizzt se rend dans les contrées barbares où les nains tentent de passer un accord diplomatique. Mais la situation dégénère rapidement quand une naine retrouve par hasard l’Éclat de cristal. Errtu s’en empare. L’elfe noir et ses compagnons doivent alors livrer une guerre implacable au démon et à ses serviteurs, mais aussi composer avec le plus puissant artefact de Faerûn. Et comme toujours le cristal se révèle plein de surprises…







Contente de retrouver ma petite Compagnie.

Tome un peu particulier car Drizzt et Cattie Brie se sont éloignés de leurs compagnons pendant 6 ans. Par contre, la première scène de bataille se trouve sur un bateau et je peux vous dire qu'elle est digne d'une scène de Pirates des Caraïbes ! Mais voilà, en découvrant un truc sur Errtu, tout le monde se retrouve au Valbise. Et Drizzt se rend compte que c'est là son foyer, son vrai chez lui. Et lorsque les compagnons se retrouve, on ne peut s'empêcher de clairement sourire de toutes ses dents de voir ces gens qu'on a accompagné pendant dix tomes maintenant de se retrouver.

Alors, oui. Forcément. Il y a des passages hilarants où Cattie Brie appelle Gwen la minette en comparant les scores de combats. Cette scène où Gwen saute sur Bruenor pour lui montrer à quelle point elle est contente de le voir. C'est cadeau, c'était facile à écrire mais en même temps, cela montre à quel point c'est important. Quant à Régis et sa manière de combattre, cela vaut toujours le coup d'oeil. Et j'avoue que je n'ai qu'une envie, c'est d'assister au combat à chaque fois.


Drizzt toujours perturbé, mais il ne s'en sort pas si mal.

En effet, lorsque Errtu ourdit sa haine contre Drizzt, il lui fait penser qu'il va retrouver un membre de sa famille. Aussitôt, on voit Drizzt penser à son père et on ne peut que compatir car la relation qu'il a eu avec lui, compliquée par la suite par la Matrone qui les a poussé à s'entretuer, certes, mais elle est magnifique. Et voir Drizzt déprimer un petit peu et courir vers ce qui sera peut être un faux espoir. C'est toujours triste.

Même si on sait que ses compagnons seront là. Qu'ils combattront jusqu'au bout. Et surtout, que ce récit est comme toujours très confortable pour les afficionnados mais aussi très beau que ce soit dans l'action et dans la réflexion. Je suis même très triste car il ne me reste plus que trois tomes de cette saga, et il m'en faudra malheureusement faire le deuil, à un moment donné.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire