mercredi 28 septembre 2016

La légende de Drizzt, tome 11 : Lame Furtive de R.A. Salvatore





Présentation de l'éditeur : Drizzt ne vit plus que pour détruire l’Éclat de cristal.
Accompagné de Catti-Brie, Bruenor et Régis, il se rend à l’Envol de l’Esprit pour demander l’aide de Cadderly. Mais la quête est semée d’embûches, car de puissantes créatures se mettent en travers de leur chemin, invoquées par le terrible Crenshinibon. De nouveaux obstacles les attendent à l’Envol de l’Esprit car Cadderly n’est pas ce qu’il prétend être. L’Éclat de cristal, aussi terrible soit-il, n’est en fait ni le pire ni le plus acharné des ennemis des compagnons… et ces derniers vont le découvrir à leurs dépens.






Wulfgar en plein syndrome de stress post traumatique.

Il y a bien une chose que je ne m'attendais pas à voir dans un tome de Drizzt, c'est bien cela. Et pourtant, cela se comprend en un sens. Wulfar a été emprisonné dans une dimension maléfique pendant 6 longues années, avec aucun espoir d'en réchapper. Libéré maintenant par ses amis, on découvre un barbare sans plus aucun intérêt pour la vie. Il est encore torturé dans son esprit. Et bien que ses amis sont là pour l'entourer, pour l'aider, pour faire tout ce qui est humainement possible. Rien ne l'atteint. Vous devinez donc aisément le désarroi du groupe.

Et c'est là que je me dis que cette saga aborde les thèmes comme jamais. En effet, on a beau lire des romans de Fantasy, purs et durs. Jamais réellement on ne traite de ce sujet qui lui, pour le coup est bien réel. Récemment, on l'a vu dans une dystopie : Hunger games. Et je peux vous dire que le comportement de l'héroïne était très mal perçu par les lecteurs. Ici, je dois dire qu'elle est traitée plus en profondeur. On voit les deux points de vue : celui de Wulfgar et celui de ses amis. Et on voit bien que tous font  ce qu'ils peuvent, mais cela coince des deux côtés.


Un tome extrêmement sombre, de transition peut être ?

On voit comme toujours des intrigues à Gogo et on sent que cela vient avec l'introduction de notre filou international : Entreris, le grand rival de Drizzt. Quand il apparaît dans un tome, on sent direct le coup fourré. Et pourtant, notre canaille est réellement en mauvaise posture. Il se cherche, il cherche des appuis, il cherche un foyer. C'est comme l'équipe (le foyer en moins). Tout le monde se cherche, se demandant comment faire pour sortir de ce gros tournant de l'histoire, comment enfin détruire cet éclat de cristal qui nuit au monde entier en fin de compte.

En gros, c'est un tome extrêmement sombre : on a du mal à voir la lumière au bout du tunnel. Clairement. Et on se pose des tas de questions pour la suite. Qui va réussir à s'en sortir ? Va-t-on boucler enfin cette vendetta contre Drizzt ? Les amis pourront ils un jour être réunis et heureux ?

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire