mardi 20 septembre 2016

Gaïa de Yannick Monget

Présentation de l'éditeur : Et si un jour l'homme prédateur devenait la proie, à son tour menacée d'extinction ? Le monde sombre dans le chaos : un phénomène nouveau et inexpliqué affecte les écosystèmes du monde entier. Le comportement des animaux est bouleversé, les espèces végétales sont frappées d'impossibles mutations alors qu'une étrange épidémie se répand, qui pourrait causer la mort de millions de personnes.
Au coeur de la forêt tropicale amazonienne, Alexandre Grant, P.-D.G. d'une société de biotechnologie américaine, rencontre Anne Cendras. La célèbre biologiste française est convaincue que ce cataclysme n'a rien à voir avec le réchauffement climatique, mais qu'il menace la survie de toute l'humanité.
Aucun gouvernement ne sait comment enrayer ce phénomène et déjà le contact est rompu avec certaines régions du globe. Seuls quelques individus, que tout oppose en apparence, sont bien décidés à comprendre et à lutter?





Au dépoussiérage de ma pile à lire.

Vous savez ce que c'est : un livre sort et il vous faut absolument l'acheter et vous êtes même intimement persuadé que vous allez le lire de suite dans la semaine ! Bah j'ai fait cela avec Gaïa en Octobre 2012 soit je pense quelques temps après sa sortie. Et permettez moi de vous dire que je suis tout sauf fière. Surtout que bon. C'est pas un mauvais roman. Déjà, quand je l'ai ressorti, j'étais bien contente de l'avoir retrouvé. On s'est bu un café ensemble, je me souvenais même de la quatrième de couverture, ce qui est un signe. Et je pense que tous ceux qui ont eu le même tour que moi sentent déjà que la lecture sera bonne.

Et elle fut pas mal. Le problème que j'ai eu avec Gaïa et vous verrez ma mauvaise foi intégrale, c'est que je n'ai pas été surprise. Pire : je ne suis pas d'accord avec la fin. Et c'est malheureusement sur ce soufflet là que j'ai terminé. Or, je ne peux pas vous dire de ne pas le lire. Parce que même si certaines choses ne m'ont pas plue. Il en reste que c'est un très bon roman. Et même que je m'en vais de suite vous expliquer pourquoi. Comme ça pouf à la volée.



Gaïa surfe agréablement entre roman écologique, roman spirituel et roman apocalyptique.

C'est exactement cela. C'est un roman écologique parce que le principe de départ c'est que l'Homme ne traite pas bien la planète. Il bouleverse entièrement son écosystème naturel, devenant ainsi plus un parasite qu'un membre de la chaîne. Et l'âme de la Terre va brusquement se dire que cela suffit et elle va s'armer pour virer définitivement les humains. Choses qu'ils ne vont pas apprécier et donc on aura ce roman. Ce qui en vient au roman spirituel car l'auteur nous présente notre planète comme si elle avait une âme. Et il a raison car je partage totalement son avis. La planète peut très bien vivre sans nous et les composantes de la Terre pourraient très bien vivre sans nous aussi. Nous sommes de toutes petites choses et le jour où on se détruira nous même (pour x ou y raisons), il est prouvé qu'en moins d'un millier d'années, la Terre aura effacé toutes nos traces de passage. Et un millier d'années pour la planète, c'est que dalle. Une seconde tout au plus.

Et Yannick Monget surenchérit en nous donnant les moyens scientifiques de cette éradication de l'espèce humaine. Et en tant que Néophyte, je dois dire que son explication tient la route. De plus, cela nous donne un peu de suspense là dedans car le petit côté éradication de l'être humain donne à notre groupe un sentiment d'Apocalypse et cela nous titille un peu entre survie et enquête pour savoir ce qui se passe.

En bref : Un très bon roman mais que je n'ai pas aimé pour la fin. Même si je suis tout à fait d'accord qu'elle soit bien. C'est juste que je ne partage absolument pas l'avis de l'auteur. Je n'ai qu'une chose à dire : allez le découvrir

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire