vendredi 9 septembre 2016

Elric, tome 4 : Elric le Nécromancien de Michael Moorcock


Présentation de l'éditeur : Le Glorieux Empire de Melniboné s'est effondré sous l'assaut des Puissances surnaturelles. Ses fils se sont dispersés à la surface de la Terre et s'éteignent lentement, haïs et craints des hommes, perdant le souvenir de leur antique fortune. Elric, le prince des ruines, descendant des empereurs, est le dernier adorateur de leurs dieux grotesques et merveilleux aux temples à demi oubliés. L'Ordre lentement le cède au Chaos. Elric est l'héritier de secrets terribles qui désormais ne peuvent que retarder l'échéance et portent surtout malheur à celui qui les détient. Alors il vit d'expédients, d'orgies et d'aventures, pillard sans scrupules, tueur cynique et désabusé, hanté par le remords, l'humour et la mélancolie. Constamment il nargue la mort, en attendant qu'elle le rattrape.








En terme d'écriture : le premier recueil de nouvelles sur Elric.

Et je dois dire que pendant toute la lecture de ce tome. J'avais du mal à reconnaître mon albinos préféré. J'étais habituée à ses états d'âme, à ses quêtes d'identité. Mais il manquait un truc. Clairement. Et puis en fouillant un petit peu, je me rends compte que l'auteur avait écrit tout d'abord l'ensemble des nouvelles qui composent ce thème avant. Donc chronologiquement, on est bon (ou pas d'ailleurs puisqu'on est par thème en fait). Mais dans la maturité de la construction du personnage, tout ça tout ça, c'est le tout premier Elric que l'on voit.

Aussi, c'est important quelque part de le relever car si on veut faire découvrir le personnage d'Elric à un néophyte, commencez par ce tome, afin de ne pas dérouter le lecteur. Ensuite, si on sent des affinités avec le personnage, là, vous pouvez ensuite embrayer sur les premiers tomes. Tranquille Emile.


Elric, un personnage torturé ? 

Mais oui. C'est même pour cela qu'on l'aime bien. Car c'est quelqu'un qui a provoqué quelque part la chute de son peuple qu'il jugeait cruelle. Il n'a pas non plus tout le temps était parfait avec les gens qui l'entouraient. De plus, sa survie ne peut se faire que lorsqu'il tue des gens puisque sa force lui vient des âmes qu'absorbe son épée Stormbringer. Bref, le gars se demande constamment s'il est bon ou mauvais, s'il est maudit ou s'il est tout simplement humain.

Et c'est le fait de le suivre sur ces aventures là qu'on se pose aussi ces questions. Et c'est pour cela que je dis que ce tome peut être un bon point de départ. Parce qu'ensuite on apprend à connaître réellement Elric dans ses voyages et on peut donc développer un peu plus d'empathie pour lui.

En bref, un tome aussi plaisant pour les fans que pour les néophytes. A lire et à relire, petits bouts par petits bouts


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire