jeudi 22 septembre 2016

Différentes saisons de Stephen King



Présentation de l'éditeur : Recueil de nouvelles :  "Un innocent condamné à perpétuité cherche à s'évader ; un jeune garçon démasque un ancien nazi dans une petite ville de Californie ; des gamins partent à la recherche d'un cadavre ; un médecin raconte l'histoire d'une jeune femme célibataire et enceinte dans les années 30...
Rien de commun, en apparence, entre ces quatre thèmes. Mais derrière ces héros d'âges et de milieux très différents, c'est la société américaine que dissèque Stephen King, avec le souci du détail et du mot juste, le sens de l'observation, du suspense et de l'humour noir qui le caractérisent. L'Amérique ne sort pas indemne de cette vivisection. Nous non plus..."








Un recueil de nouvelles basé sur les saisons ?

Je pense que si vous me suivez depuis longtemps, vous commencez un peu à connaître le bonhomme. Et s'il y a bien une personne qui peut se dire : Tiens ? Si je faisais un recueil de nouvelles dont chacune, à sa manière à la fois psychologique et horrifique, représentait une saison ? Bah voilà comment j'avais acheté le livre il y a des années et comment depuis des années j'ai bloqué carrément sur la nouvelle de l'été, adorant en prime celle du printemps. Et j'ai retenté le coup plusieurs fois et cette fois ci, je peux vous le dire, j'ai réussi !

Et ne pensez surtout pas que je n'ai pas aimé ce recueil, car il est extrêmement rare que je n'aime pas un Stephen King. Par contre, parfois, selon mes humeurs, je suis frustrée car je n'arrive pas à le lire tout simplement. Et il se trouve que parfois, selon certains livres, il m'arrive de faire des faux départs. Et j'en ai bien eu cinq ici.



Une dissection de la population américaine en quatre temps

La logique d'une prison et de l'univers carcéral qui peut donner l'espoir à un innocent condamné à tort et prévoyant. Un ado qui démasque un nazi et qui lentement le torture psychologiquement, lui montrant ainsi qu'il est plus monstrueux que lui.Quatre gamins qui font une longue marche et qui risquent leur vie pour voir un cadavre. Un médecin qui aide une femme mourante à accoucher en plein hiver. Quand on y repense, cela n'a ni queue ni tête mais ces quatre nouvelles pourraient faire très bien l'objet d'un récit au coin du feu, un soir d'Halloween. Là où on commence toujours pas : un jour j'ai entendu une histoire bien étrange ..... Toutes ces nouvelles parlent de l'Amérique, une certaine Amérique si chère à notre coeur mais que tout le monde ne veut pas forcément voir. Car celle-ci ne vend pas forcément du rêve.

Avec Stephen King, on a toujours cette impression de faire du tourisme en logeant chez l'Habitant. Ces nouvelles paraissent bien innovantes mais en même temps tellement familières. Parce que les thèmes qu'il reprend sont universels : L'espoir, l'enfance, la manipulation, l'étrange.  Grâce à cet auteur, on voyage au travers d'une Amérique au visage différent, mais on ne peut s'empêcher de frissonner mais aussi d'aimer ces gens, ces saisons et d'espérer la venue d'une nouvelle année.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire