mardi 13 septembre 2016

Cycle des héraults de Valdemar : Le dernier Hérault Mage, tome 3 : le prix de la magie de Mercedes Lackey



Présentation de l'éditeur : Valdemar est au bord du chaos. Le roi agonisant n’est plus que l’ombre de lui-même, et le peuple karsite se rassemble autour d’un Prophète dans une guerre sainte contre les magiciens. Mais une menace bien plus terrible plane sur le royaume : une force obscure et mystérieuse, qui frappe sans jamais se dévoiler, semblable à celle qui hante depuis toujours les cauchemars de Vanyel.
Cela fait beaucoup d’ennemis pour le Héraut-Mage. Mais il peut compter sur le soutien indéfectible de ses amis… et peut-être aussi sur celui de Stefen, ce jeune Barde volontaire et bien décidé à rompre enfin la solitude de Vanyel.










On résout les problèmes de la trilogie dans ce tome.

Vous allez me dire, c'est logique. Mais tous les auteurs ne sont pas de cet avis, parfois. Surtout quand on sait que la trilogie du dernier Hérault Mage se situe dans un cycle bien plus grand. Reprenons donc tous les points essentiels, en essayant de ne pas spoiler donc en n'allant pas plus loin que le synopsis..... Vanyel était amoureux depuis le premier tome de Lendel mais cet amour a eu des fins tragiques et il a mis en gros tout le tome 2 à faire son deuil, y compris une bonne partie du tome 3 (soyons honnête). Mais il y a Stephen maintenant. Et Stephen, par sa jeunesse mais aussi sa gentillesse et son implication dans le royaume va l'aider à panser ses dernières blessures. Autre fait intéressant c'est que Stephen s'allie beaucoup avec le Compagnon de Vanyel, que l'on voit maintenant plus comme un personnage qu'un cheval. Et c'est un bon tour d'exercice d'écriture que nous a fait là l'auteure.

Mais pourquoi je vous en parle ? C'est parce que cette histoire est aussi reliée à l'intrigue principale : une menace grosse comme mon poing sur le Royaume de Valdemar. Vanyel doit aussi combattre des doudous vilains qui veulent anéantir les mages (pour une fois que ce n'est pas le monde. On est content). S'ensuit donc une grosse intrigue pour deviner d'où vient les menaces, comment les combattre et surtout comment succéder aux Héraults mages puisque le titre de la trilogie est sans appel : on n'en a plus qu'un ! Vanyel prépare donc sa succession pour la défense de son royaume. C'est un tome d'adieu puisqu'on met fin à cette trilogie. Et oui.

La libération de Vanyel.

Car c'est en gros ce qui fait à la fois la beauté mais aussi la lourdeur du personnage de Vanyel. Comme c'est un énorme protecteur du royaume, il s'interdit énormément de chose. Le don de soi, il connaît le gars. Tout d'abord, il s'interdit d'avoir des amis trop proches ainsi qu'une famille trop proche. Parce que les méchants, alias doudous vilains, comme je me plais à les appeler, voudront l'atteindre en martyrisant ses proches. Logique ! Mais par ce tome ci, on va avoir enfin une évolution dans le sens où Vanyel va cesser de presque avoir peur. Il va se rapprocher de ses enfants naturels, de Stephen mais aussi de sa famille.

Et là, j'ai beaucoup aimé ! Sa famille ! Il résoud enfin tous ses problèmes : avec son père, sa mère, son frère. La totale ! Et j'ai beau me dire parfois que c'est un peu simplet, tout ceci. Quand Vanyel a reçu une lettre de son père lui disant qu'il fallait qu'il vienne au château familial, je me suis dit qu'on allait assister à une belle réunion de famille toujours très drôle et dramatique. Ce fut le cas, bien entendu, mais par là, l'auteure donne plein d'espoirs à tous ceux qui ont une famille compliquée. Et exigeante.

En bref : une fin de trilogie à la hauteur qui ne donne qu'une envie : celle de voir ce qui va se passer après dans ce royaume ! 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire