mardi 16 août 2016

Assassini, tome 1 : Lame damnée de Jon Courtenay Grimwood





Présentation de l'éditeur : Venise est à l'apogée de sa puissance. En théorie le duc Marco commande. Mais son oncle et sa tante gouvernent. Ils craignent des assassins meilleurs que les leurs...
Atilo est l'assassin en chef du duc. Il s'apprête à tuer lorsqu'il voit un garçon accroupi au-dessus d'un homme. La vitesse à laquelle le garçon esquive un poignard et escalade un mur stupéfie Atilo. L'assassin sait qu'il doit trouver le garçon... Non pas pour le tuer, mais parce qu'il a enfin trouvé quelqu'un digne d'être son apprenti...










De mémoire, je l'ai gagné celui là !

Oui, c'était pendant une opération ou un calendrier de l'avent de Bragelonne que je l'avais gagné. Et j'étais contente parce que je ne voulais pas me lancer dans l'aventure. Le coup du Assassini, on allait à coup sûr se planquer chez les Italiens pour faire un remake d'Assassin Creed. Ou on s'en approcherait. Avec une conspiration et tout et tout.

Et bien c'était presque cela. Il y'avait aussi une espèce de fantôme/vampire/Démon dans le lot. Et c'est lui l'Assassini. Et on était plutôt à Venise qui, pour la période évoquée, ne faisait pas partie de Rome. Mauvaise pioche vous allez me dire ? Bah non. Cela se laisse lire sur la plage. C'est sympa.


Et même qu'il n'y a pas trop de romance en fin de compte !

Et oui. Alors, oui il y en a sinon cela ne serait pas de l'intrigue Vénisienne. Mais on approche tout de même à un truc vraiment complet. Certes, le lecteur est grandement accompagné mais si on n'a pas trop lu dans ce secteur là au moment de votre lecture, cela passe. Vraiment. Il y a eu quelques longueurs, quelques portes enfoncées.

Mais dans l'ensemble, même si je lirai pas les deux autres tomes, cela peut donner matière à cadeau pour la découverte d'un style. Et même que cela peut plaire. C'est vous dire ! 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire