mercredi 8 juin 2016

La nuit de Zelemta de René Victor Pilhes



Présentation de l'éditeur : A la fin de l'été 1953, Jean-Michel Leutier quitte l'Algérie pour continuer ses études dans un lycée toulousain. Lors d'un week-end à Albi, il fait une rencontre qui va changer sa vie : Abane Ramdane, le plus célèbre prisonnier politique de France, l'un des fondateurs du FLN.
Quatre ans plus tard, devenu officier français patrouillant dans la région de Zelemta, il le retrouve sur sa route, fuyant vers le Maroc.
Ce face-à-face passionnant entre un mythe de la Révolution algérienne et un jeune pied-noir aussi brillant que naïf contient en soi toute la complexité des rapports entre Algériens et Français, les enjeux de la guerre nationale comme les paradoxes de l'Histoire coloniale. René-Victor Pilhes, prix Médicis pour La Rhubarbe, prix Femina pour L'Imprécateur, a toujours exploré, dans une oeuvre au style alerte tour à tour féroce, baroque et lyrique, les heures sombres de l'Histoire, en dénonçant les clichés et en éclairant les points aveugles.




De l'écoute d'un podcast à l'achat d'un livre.

Oui, le matin, comme je suis un peu feignasse et que je ne me lève pas à 6h00, j'aime du coup écouter pendant mon trajet de voiture Un autre jour est possible, une émission de radio que j'écoute via un Podcast. Et donc, un matin j'écoute un entretien avec René Victor Pilhes, sur la guerre d'Algérie et voilà qu'il parle de son livre : La nuit de Zelemta. Déjà que le titre en lui même donne très envie de le lire. Car c'est exotique, car l'auteur en parlait extrêmement bien. Ensuite, par le thème abordé : la Guerre d'Algérie. Car dans ma famille on n'en parle pas ou très peu, à part pour dire que le Général de Gaulle savait tout et donc il fallait se ranger de son côté.

Bref, le fait de savoir si peu de choses sur cette période et le fait d'avoir entendu cet entretien, vous vous doutez bien que la journée même, je pars en quête du livre, pour le lire en pause midi, pour m'éclaircir un petit peu les neurones, avec des points de vue différents, ce que je vous encourage évidemment tous à faire. Et oui, parfois, je fais aussi des chroniques très sérieuses.


Je me suis de suite identifié au héros de l'histoire : Jean Michel Leutier.

Ce jeune lycéen pieds noir va faire des visites de prison, en gros pour dragouiller une jeune fille qui y va. Ce qui a provoqué mon hilarité de suite et ce qui a aussi suscité mon attention. Avec lui, j'ai pu ainsi avoir une belle prise de conscience sur la Guerre d'Algérie, et j'ai pu aussi faire mon petit bilan personnel, de mon point de vue futur, sur la situation en Algérie à l'époque. On pourrait dire que ce livre n'enveloppe pas toute l'étendue de ce conflit, ni tout le rôle historique de  Abane Ramdane. Et puis, soyons honnête, ce livre n'a pas réellement le but de vous faire un cours.

Ce livre est à l'image de Jean Michel. Il est là pour vous faire comprendre, pour vous faire prendre conscience. Il est là pour vous donner des pistes pour que vous puissiez vous aussi vous instruire. Et c'est bien entendu ce que je ferai. Parce que ce genre de petite pépite, qui se lit sur une ou deux pause midi, ce n'est pas du savoir à l'état pur. C'est de la connaissance. C'est aussi une belle plume qui donne envie de se concocter une petite bibliographie, juste pour le plaisir de lire l'auteur.

En bref, ma nuit à Zelemta a été riche en émotions. Et je suis contente de ne pas m'être réveillée à 6h00 du matin, car à cette heure, je n'aurai peut être pas écouté attentivement René Victor Pilhes, et je serai passée à côté d'un bien joli livre. Et n'oubliez pas d'écouter vos émissions de radio ;)

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire