vendredi 27 mai 2016

Infinités de Vandana Singh (traduit par Jean-Daniel Brèque)

Présentation de l'éditeur : Née en Inde, à New Delhi, fille de deux professeurs de littérature anglaise, Vandana Singh a grandi à l’ombre de Shakespeare et Keats. Devenue professeur de physique aux États-Unis, elle s’est tournée vers l’écriture, notamment la science-fiction et la fantasy, à cause de la richesse de ces genres et des possibilités qu’offrent leurs thématiques propres. Depuis 2002, elle a publié deux romans pour la jeunesse, une vingtaine de nouvelles et un court roman de science-fiction, Distances.
Dans ce recueil de dix nouvelles et un essai se déploie la sensibilité à part d’une auteure de science-fiction spéculative qui n’a de cesse de remettre l’Homme au centre du récit. On y observe un professeur de mathématiques qui aimerait comprendre les tensions interreligieuses qui déchirent son pays, un étrange tétraèdre subitement apparu dans les rues de New Delhi, une femme convaincue d’être une planète.
Avec ces textes poétiques, humanistes et parfois mélancoliques, Vandana Singh s’impose comme la digne héritière de Ray Bradbury et Theodore Sturgeon








Un recueil de nouvelles de Science-Fiction ! 

Joie ! Transe ! Tout ça en même temps ! Et quand les Editions Denoël me l'ont proposé, je n'avais même pas vu la couverture de Aurélien Police. Qui en elle même à la fois résume très bien ce recueil  dont le thème principal reste tout de même la Place de femme dans la société indienne. Et pour une féministe qui s'assume (au grand damn de mes collègues de bureau), rien que cet aspect de ce recueil valait  le détours, ne serait ce que par l'auteure. En effet, Vandana Singh est une femme indienne, mais elle a aussi deux parents professeurs de littérature anglaise.

Ainsi, nous aurons le point de vue de la nouvelle génération sur la société indienne qui oscille entre modernité et tradition comme on a pu le voir dans les nouvelles : La femme qui se prenait pour une planète mais aussi Soif qui m'a beaucoup impressionnée.


Le seul thème de la femme n'a pas suffit à me rassasier.

Car Vandana Singh traite aussi très très bien de la Science Fiction comme le prouve sa nouvelle le Tétraède. Elle tente de nouvelles choses comme les petits contes que le retrouve vers la fin du recueil. Elle bouscule nos petites idées en me faisant un peu réfléchir sur la vengeance avec Une chambre sur le toit, qui au primes abords me faisaient plutôt penser à un gentillet petit conte.

Et enfin, Infinités qui m'a scotchée. Car c'est l'histoire de l'amitié entre deux personnes de religions différentes alors que nous sommes en plein conflits terroristes et religieux. Mais l'amour des Maths, des échecs aura été bien entendu le plus fort. Mais rien qu'en lisant cette nouvelle, je me suis mise à voir que ce problème d'ethnie, de religion, de tout ce que vous voulez, ce n'est pas grave. Cela m'a permis de relativiser et de ne plus rester le nez collé sur ces moments de pure haine.

Bref, si vous aimez la bonne écrite, si vous aimez découvrir une écriture qui aime s'ouvrir à beaucoup de domaines. Si vous aimez les nouvelles et de Science-Fiction qui plus est. Foncez chez les Editions Denoël parce que je pense que cela pourrait vous faire passer de très bons moments pour cette fin d'été. Sur ce, je vous laisse, je vais relire Infinités

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire