lundi 8 février 2016

Mon chat Yugoslavia de Statovci Pajtim (traduit par Claire Saint-Germain)



Présentation de l'éditeur : Dans la Yougoslavie des années 1980, en pleine campagne kosovare, une jeune fille est mariée à un garçon qu’elle connaît à peine. Emine fait de son mieux pour être une bonne épouse, mais la vie ne lui apporte qu’une série de déceptions. Elle donne naissance à quatre enfants. Lorsque la guerre éclate, la famille d’Emine décide de fuir et choisit la Finlande comme destination de l’exil. Dans ce pays froid où les étrangers sont supposés accepter avec gratitude la place qu’on leur offre dans la société, leur intégration se passe mal et le quotidien d’Emine se dégrade. De nos jours, Bekim est étudiant à Helsinki. Il fait beaucoup d’efforts pour s’intégrer à la société finlandaise dans laquelle il a grandi, tout en essayant d’assumer son homosexualité. Un jour, il rencontre un «chat» dans un bar gay, qui va très vite dominer ses nuits et son esprit, avant de se révéler être une nouvelle déception amoureuse. Bekim décide alors de partir en voyage jusqu’à ses racines, au Kosovo, où le cruel destin de sa famille a commencé.











Mais bien sûr, vous allez me dire ?

Qu'est ce qu'il peut encore me pousser à lire de la littérature contemporaine en me disant que je vais y prendre du plaisir ? La section des Editions Denoël et d'ailleurs bien entendu ? Vous avez de ces questions parfois ! Alors vous allez me dire que c'est pas juste, que c'est une Edition partenaire, toussa toussa. Ouep. Mais cela fait des années que je les lis et je fais confiance entièrement en leur sélection. Alors, quand ils me proposent quelque chose qui sort entièrement de mes sentiers battus et que je me sens comme Indiana Jones, et bien je prends un Editions Denoël et d'ailleurs.

Et cela le fait ! Mieux que un Les gens heureux ou quoi qu'est ce. Et pourtant, c'était pas gagné entre l'auteur au nom un peu bizarre, la couverture qui pique les yeux et le résumé où on se dit que tout le monde a vu la drogue et pas celle qu'on prend nous les gens normaux. C'est totalement décalé, c'est une écriture assez audacieuse, je dois dire et cela me fait dire que ouai. J'ai passé un bon moment dimanche avec Statovci Pajtim.


La découverte de deux cultures ? Deux vies ? Deux univers ?

C'est un peu tout ça en effet. On a d'un côté Emine qui est une jolie fille. Elle est tellement jolie qu'elle va se marier et elle imagine déjà au fur et à mesure de ses trois jours de mariage que sa vie va être paisible, que son mari va être beau et sympa et que sa vie va être cool. On suit toute sa préparation et on se dit la même chose sauf que le mari est pas si bien que cela en fin de compte. Ce n'est pas le Prince Charmant et de ce point idyllique du départ, on retombera petit à petit.

Et de l'autre, on a Bekim, qui est une jeune étudiant homosexuel qui adopte un boa et qui se met en couple avec un chat (c'est là que j'ai demandé quelle drogue c'était). Et en fait, de cette relation qui aurait pu être idyllique aussi, on tombe sur un fiasco total qui ébranlera le jeune homme et qui le poussera à retourner vers ses origines. Ce sont ces destins, ces petites histoires qui feront la beauté de ce texte. Ce sera aussi le chat, enfin les chats qu'on voit, ce sera la plume toute légère de l'auteur qui vous fera avaler tous ces évènements tragiques de ce livre et qui vous feront lire des moments légers, en fin de compte.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire