vendredi 5 février 2016

Au sortir de L'ombre de Syven





Présentation de l'éditeur : Londres, 1889. La guilde d'Ae protège les aethrynes depuis des siècles pour qu'elles se consacrent à leur tâche : garder piégés dans leur ombre de sinistres monstres avides de massacre, les gothans. Lorsque la secte des némésis s'attaque à ces prêtresses, l'organisation est ébranlée par la traîtrise de plusieurs agents d'importance. Les traqueurs William, Christopher et Heinrich, qui sont chargés de la protection de lady Eileen pour une nuit, n'imaginent pas les enjeux de la chasse dont ils feront bientôt l'objet. Mais dans l'ombre d'Eileen, attentif, « Il » sait ce qui est sur le point de se jouer.











Moi qui voulait de l'original

Et bien là j'ai fait fort. Wouaw. Une mythologie qui est mais alors aux antipodes de ce que je peux trouver pour du fantastique. C'est une vraie claque. C'est un peu comme regarder Penny Dreadfull à la télévision et tomber amoureuse des personnages. Et bien là vous avez un peu le même phénomène mais en livre et avec des esprits démoniaques qu'on est obligés de les emprisonner dans des personnes (voilà en gros).

Donc, on a une secte (pas cool) qui veut attaquer les Gothans (les monstres) via leur prêtresse. Hors, quand on tue une prêtresse, le Gothan se libère et cela crée un massacre. C'est pas cool. On va avoir donc une équipe pour protéger la prêtresse, Lady Eileen, afin d'éviter tout ce bordel. Voilà pour le speech d'origine et c'est déjà bien coton.


Des personnages attachants et complexes. 

Le premier que j'ai adoré est sans conteste William : un orphelin noir recueilli par la dame Rose (une madame de la guilde d'Ae. Il est noir, ce qui dans le Londres de 1889 est atypique car il n'est pas esclave ou faire valoir. C'est un érudit qui a donc l'habitude d'évoluer en dehors des carcans de la société. Il y a Christopher qui est plus ou moins le gars normal du groupe car il a une famille et donc pas ma de choses à perdre. Et Heinrich qui est un gars surdoué mais qu'on a mis là parce qu'il est puni. Lady Eileen, elle est telle une prêtresse : elle boude, elle est inaccessible et en retrait. Et on comprend pourquoi assez vite car elle contient en permanence un démon dans son ombre (ceux qui ont vu l'Exorciste comprendront).

Ils sont en fuite et tentent par tous les moyens de fuir et/ou de combattre cette secte mais, évidemment, rien ne se passe comme prévu, d'une part, mais en plus, et c'est bien cela le pire, il y a un noeuds de complot assez tordu.

Et c'est tout cela additionné à l'univers très glauque, très noir du roman que j'ai adoré. Car tout le long, on sent l'influence du Gothan sur les gens mais aussi sur l'ambiance même du roman. Et rien que pour cela, je vous le recommande car cela le transforme en lecture totalement atypique.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire