mercredi 6 janvier 2016

Sianim, tome 1 : Masques de Patricia Briggs





Présentation de l'éditeur : Aralorn est une changeforme qui a délaissé les privilèges d'une noble naissance pour une vie d'espionnage et d'aventures. Elle a croisé Loup au cours d'une mission et tous deux sont devenus d'inséparables amis, car elle sait qu'il dissimule sa véritable nature sous son apparence animale.
Mais des circonstances dramatiques vont l'amener à se poser encore plus de questions sur son énigmatique compagnon et sur l'ampleur de ses pouvoirs.
Quant à lui, il fera tout pour protéger Aralorn du danger mortel qui la guette, quitte à se dévoiler, quitte à mettre sa vie et son âme en péril.











La magie a encore opéré.

Patricia Briggs, je commence à bien la connaître, entre Alpha et Omega et Mercy Thomson (ma Coyote Girl). Et c'est avec un réel plaisir que je me lance dans les tomes qui s'enchaînent dans ces deux sagas. Mais il y'en a une autre que je n'ai jamais pris le temps de lire : Sianim. Peut être parce que c'est la première et que même l'auteure dit qu'elle comporte des couacs, que ce n'est pas parfait. Bref, j'hésitais et bien mal m'en a pris.

Parce que oui, le rythme n'est pas pareil, oui, il y a des couacs. Mais bordel, l'écriture, l'humour, le traitement de certains sujet, la magie est là ! Et Masques en est la preuve, j'ai fini ma nuit avec la fin de ce tome, parce que je voulais savoir la fin, même si l'auteure tâtonnait un petit peu. Lire un Patricia Briggs, c'est définitivement aimer de la belle fantasy (urbaine ou non). C'est aimer être dans un cocon où l'auteure va nous emmener gentiment et nous permettra d'entamer tout un processus de rêves éveillés.


Aralorn, une héroïne plus complexe qu'on ne le croit

On part sur une héroïne, parce que Patricia Briggs, elle aime mettre les femmes en avant. Et c'est top, surtout quand c'est la femme qui porte la culotte. Et elle est aidée d'un Loup, qui n'est pas un loup mais vous comprendrez tout en lisant la chose. Ce qui est aussi bien avec cette histoire c'est que la partie masculine du roman ne fait pas non plus pâle figure. L'héroïne ne repose pas sur le héros, soyons clairs. Il y a une véritable entraide entre eux. Et même si parfois la femme se trouve en position de faiblesse, on se dit qu'en fait, le mec n'aurait pas fait mieux.


Et donc Aralorn est une changeforme. Elle est la fille d'un roi mais a préféré un métier d'espionne. Aussi elle part dans des missions plus dangereuses les unes que les autres. Et voilà qu'il se passe quelque chose avec un mage et hop, elle se retrouve dans une espèce de groupe rebelle. Et elle doit trouver sa place dans le lot. Et elle sait ce qu'elle veut. Et du coup, le roman se passe super bien.

En bref : un excellent moment de lecture malgré quelques maladresses. Il faut qu'il fasse partie de votre bibliothèque parce que, tout simplement, c'est un régal pour un cerveau fatigué.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire