jeudi 14 janvier 2016

L'appel du Coucou de Robert Galbraith



Présentation de l'éditeur : Une nuit d'hiver, dans un quartier chic de Londres, le célèbre mannequin Lula Landry est trouvée morte, défenestrée. Suicide. Affaire classée. Jusqu'au jour où l'avocat John Bristow, frère de la victime, frappe à la porte du détective privé Cormoran Strike.
Strike est au bout du rouleau : ex-lieutenant dans l'armée, il a perdu une jambe en Afghanistan, sa carrière de détective est au point mort et sa vie privée un naufrage. Aidé par une jeune recrue intérimaire virtuose de l'Internet, Strike est chargé d'enquêter sur la mort de Lula.
De boîtes de nuit branchées en hôtels pour rock-stars assaillies par les paparazzi, en passant par un centre de désintoxication et le manoir où se meurt la mère adoptive de Lula, Strike va passer de l'autre côté du miroir glamour de la mode, dont les reflets chatoyants dissimulent un gouffre de secrets, de trahisons, de manoeuvres inspirées par la vengeance.













Un pur polar londonnien.

Que vous le lisiez ou que vous l'écoutiez (dans mon cas, ce fut l'écoute). Vous ne pouvez entendre que ces deux mots, dans votre tête : Polar, Londres. Londres parce que c'est là où se tient la ville et que l'auteur, à force de nous faire visiter toutes ses ruelles, sombres ou pétillantes, nous fait figurer qu'au travers d'une faille spatiale, vous y êtes. Si vous connaissez la ville, vous serez extrêmement bien dedans. Si vous ne la connaissez pas, prenez votre billet Eurostar fissa car vous aurez réellement envie de visiter cette autre facette, celle de Londres de tous les jours, celle où vit Strike.

Et oui, Strike, c'est ce qui vous fait penser polar. Déjà son nom, c'est un appel au Polar. C'est un gars qui était dans l'armée, mais suite à un accident où il perd la moitié de sa jambe, il s'installe dans Londres en tant que détective privé. Il vient de se séparer d'une nana qui a tout de la Jessica Rabbit. Il est en difficulté de tous côté mais il va quand même résoudre cette affaire insoluble. Rien que de voir cela, j'imagine les odeurs de cigarette et de cigares, le chapeau, l'imper, la démarche patibulaire, la grosse voix éraillée et écossaise. Bref, l'Appel du coucou, avant d'être un bon polar, est un réel roman d'ambiance qui vous plongera instantanément dans cette enquête.


Et aussi et surtout un bon polar.

Vous savez ? De ceux où on pressent un peu quand même qui est le tueur, mais on ne voit pas bien comment il aurait pu faire, et puis l'auteur nous met des doutes tout le temps, histoire de nous faire mariner. Alors on enfile notre manteau, et on suit Cormoran, tant parce qu'il a une manière d'enquêter géniale et surtout parce qu'il y a les à côtés de sa vie qui font qu'il est diablement intéressant, ce mec cassé par la vie, par les femmes, par les énigmes.

Le rythme de ce roman est incroyable et on se surprend à maugréer contre les uns, à vouloir interroger d'autres, à se dire que cela n'avance pas et qu'il faudrait vraiment faire quelque chose. On se met dans la peau de la secrétaire nouvellement arrivée qui est super efficace et qui subit tous ces changements d'humeur, ces représailles... On se met à avoir des tas de sentiments contradictoires pour Lula Landry qui a été assassinée. Parce que cela a beau être une victime, elle avait des secrets, elle n'était pas parfaite et surtout, elle a cette aura de la célébrité qui la rend si mystérieuse.

En bref, si vous avez envie de partir loin, très loin, commencez cette saga de Cormoran Strike parce que vous le trouverez en tous points génial. 

3 commentaires:

  1. J'ai adoré les deux premiers tomes de cette saga ! Vivement le troisième !!

    RépondreSupprimer
  2. Je l'ai terminé le mois dernier :) J'ai été mitigée sur la résolution de l'enquête et je ne suis pas très fana de l'environnement sinistre que Rowling brosse : heureusement qu'il y a les personnages !

    RépondreSupprimer
  3. @Drunkenness Books Tu me donnes encore plus envie de lire le deuxième, c'est malin ;)
    @Acro : Je pense qu'en fait, le final de l'enquête on s'en fiche un peu. C'est juste l'environnement qui est juste génial

    RépondreSupprimer