mardi 19 janvier 2016

H.P.L. de Roland C. Wagner








Présentation de l'éditeur : Né le 20 août 1890, Howard Phillips Lovecraft n'est pas mort comme on le croit en 1937. Découvrez comment il a vécu jusqu'à 101 ans, côtoyant Philip K. Dick, John W. Campbell ou Robert Heinlein. Découvrez surtout les nouvelles et romans qu'il a écrits jusqu'à la fin de sa vie !
Avec H.P.L. (1890-1991), Roland C. Wagner, auteur d'une quarantaine de romans dont les fameux Futurs Mystères de Paris, signe un texte passionnant, érudit et débordant d'imagination. Une de ses grandes réussites récompensée par le prix Rosny Aîné en 1997 et, pour la première fois, proposée en français et en anglais.







C'est qu'on s'y croirait ! 


Lorsque Roland Wagner, dont j'adore l'écriture d'ailleurs, décide de prolonger la vie de Lovecraft et de raconter du coup sa biographie, on sait que ce n'est pas vrai, mais son style d'écriture est tel qu'on se dit qu'en fait, et bien...... On sait pas !!!!!!  Car il apporte une telle documentation, on sent qu'il s'amuse mais surtout qu'il a envie d'y croire et c'est fou. Et donc, cela en devient un régal à lire. Car c'est une lecture sérieuse où en dessous se cache une lecture pas sérieuse. Vous me suivez ?

On a surtout l'impression que dans cette biographie, Lovecraft est un homme torturé, un véritable artiste qui aime écrire pour écrire, peu importe la célébrité ou la richesse. Et peu importent aussi ses idées et ses convictions parfois un peu troubles, et parfois qui se rachètent. Et je pense que le message de cette nouvelle, quelque part, il est là : HPL est un auteur passionné, porté par la vision qu'il a de Cthulu et il a mis des années à nous donner un aperçu de cette vision.


Et puis ces interactions paraissent si tangibles !  

Oui, parce que Roland Wagner, sous ses allures toutes gentillettes et bon enfant, arrive aussi à nous imaginer des pans de conversations entières, des lettres, des correspondances avec des auteurs qu'il aurait pu croiser. Bref, ce récit est une très belle tournure d'esprit. Un frappant exemple du récit sur base de : "Et si...." et enfin et surtout un bel hommage à Lovecraft qui ne l'idéalise pas, loin de là. Qui l'apprécie tel qu'il aurait pu être.

En bref : un petit cadeau, une petite sucrerie à lire pour les amoureux de Wagner et de Lovecraft. Tout simplement.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire