lundi 23 novembre 2015

Contrepoint, Editions 2015 sous la direction de Laurent Gidon




Présentation de l'éditeur : Peut-on écrire des histoires dans lesquelles il n’y aurait ni guerre, ni conflit, ni violence ? Un vrai défi qu’ont relevé avec talent, sensibilité et humour neuf des plus belles plumes de l’imaginaire en France sous la direction de Laurent Gidon.
Sommaire
Qu’est-ce qu’on se raconte ? Préface de Laurent Gidon
L’Amour devant la mer en cage de Timothée Rey
Le Chercheur de vent de David Bry
Petits arrangements intra-galactiques de Sylvie Lainé
Nuit de visitation de Lionel Davoust
Tammy tout le temps de Laurent Queyssi
Avril de Charlotte Bousquet
Permafrost de Stéphane Beauverger
Mission océane de Xavier Bruce
Semaine utopique de Thomas Day







L'avantage de faire sa rentrée littéraire chez les Editions Actu SF

Non seulement j'adore cette maison d'édition et des que je peux, je vais chercher ma came chez les Indés de l'Imaginaire, en gros. Mais, quand vous commandez pour la rentrée, vous avez un livre gratuit. IIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIII. Moi, perso, dès qu'on m'offre un livre gratuit, je suis heureuse comme tout. Mais j'avoue que je ne savais pas trop comment j'allais le lire. Déjà parce que j'avais pas mal de Bifrost en retard, mais en prime, un recueil de nouvelles sans heurts ni violence alors qu'on Est dans la SF. Non mais Monsieur Gidon, ça va pas bien la tête quand même. Quant à la couverture un peu rétro, un peu de tout, un peu Actu SF, d'ailleurs. Certains la trouverons bizarre, moi je la trouve tellement mignonne. Je rêve d'une chambre avec pleins de posters des couvertures comme ça (et oui).

Bref, vous voyez, Actu SF me rend déjà bisounours avant même d'ouvrir le livre. C'est un comble. Mais je n'ai toujours rien lu. Et puis est arrivé le 13 Novembre où j'ai appris les attentats en revenant d'une soirée entre copines. J'encaisse le coup, je cherche les infos et quand je ne vais pas bien, j'ai tendance à me tourner vers la SF. Mais la Science Fiction, souvent, cela fait un futur très sombre. Et là, je me suis souvenue de Contrepoint et je me suis dit que franchement, c'était pile poil le bon moment de le lire, celui là (donc, si vous avez le moral en berne, vous savez quoi faire maintenant).


Un ensemble de nouvelles qui vous donneront la pêche ou pas.

En tous cas, cela vous fera bien réfléchir. Entre les divagations sur un bord de mer, un rite de passage, et pour couronner le tout, la semaine de Thomas Day, je me suis dit qu'écrire de la SF sans guerre, sans violence, sans rien. C'est pas simple. Déjà, il faut trouver l'histoire. Et une bien. Et un univers qui va avec. Et surtout, il faut susciter notre intérêt. Parce que bon. S'il n'y a  pas du sexe, du sang et du rock'n roll, sauf si on est fan des romans à l'eau de rose, c'est pas facile de nous accrocher les loulous.

Et surtout, je me suis rendue compte (surtout avec Thomas Day) que ce n'est pas en mettant des choses de la guerre ou de la violence dans un récit que cela ne peut pas nous choquer, nous interroger sur nous même, nous faire violence en fait. Et c'est en cela que ce recueil est bien intelligent. C'est fou ce qu'on peut tirer sur nous même et sur les autres sur un si petit recueil. Alors, oui, c'est le moment de piocher une petite nouvelle ou deux et de faire une belle petite introspection. Comme ça pouf. Et pas seulement parce que dehors, c'est un peu le bordel. C'est juste parce que la nature humaine telle quelle peut nous inspirer tout ceci.

Alors, je n'ai qu'une hâte : être à la prochaine rentrée littéraire :D

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire