mardi 15 septembre 2015

Soleil levant de Michael Crichton





Présentation de l'éditeur : Nakamoto, puissante firme nippone, a voulu marquer les esprits pour la soirée d'inauguration de ses bureaux flambant neufs. Rien ne devait en perturber le bon déroulement dans la tour imposante de Los Angeles. Pas même la découverte au 46e étage du corps sans vie d'une blonde sculpturale en robe de soirée. Étranglée... ou décédée suite à des jeux sado-masochistes. Rapidement les dirigeants japonais se murent dans le silence, refusant de coopérer, et réclament un interprète, le lieutenant Peter Smith, pour gagner du temps. Sur fond de guerre économique nippo-américaine, Smith va plonger dans les arcanes d'un terrifiant empire industriel japonais. Une légende vivante, John Connor, agent à la retraite féru de la culture du pays du soleil levant, va l'initier à certaines " méthodes " du milieu. Un apprentissage dans la douleur tandis que les pressions au plus haut niveau se multiplient...





Lecture de vacances encore !

Comme je vous disais quelques posts plus tôt. Je suis partie en vacances en famille. Et mon oncle, il lisait le nouveau Michael Crichton. De frustration, j'ai ressorti Soleil Levant. Roman que j'ai lu et que j'ai relu, film que j'ai vu et revu. Car à l'époque, quand j'étais jeune et tout, qu'on regardait la télévision en famille et avec une seule dizaine de chaines. Et bien Soleil Levant, pour moi, c'était un film avec Wesley Snipe et Sean Connery. Et j'avais été pris par l'intrigue à un point que je pense qu'on l'avait acheté en cassette vidéo. Après, j'ai appris que c'était un livre (comme Harcèlement toussa toussa) et donc du coup, et bien j'ai lu les Michael Crichton.

Et mon oncle aussi il les adore et du coup, on se troque nos livres et tout. C'est moche, c'est très moche. Mais revenons à ce livre qui m'avait initiée à l'auteur, et quel auteur ! Parce que l'écriture est fluide, parce que l'intrigue est franchement d'enfer. Et maintenant, après plus de 15 ans de relecture, j'avoue que je suis toujours aussi emportée par ce bouquin.


Un intemporel !

Je pense que je suis tellement attachée à ce livre que vous allez avoir du mal à me dire qu'il commence à vieillir un peu. Parce que non c'est même pas vrai. A part peut être quelques mœurs par ci par là, mais sinon le style de Michael Crichton reste intemporel, je pense. Il faudra sûrement encore quelques années avant que ce roman ne s’essouffle .  Sinon pour l'histoire, vous avez déjà tout ce qu'il vous faut dans la présentation de l'éditeur et surtout, je ne sais même pas quel pourrait être mon personnages préféré enfin de compte. Ils ont tous leurs fêlures, ils ont tous leurs qualités, ce qui fait que je vibre pour chacun d'entre eux.


Quant à l'enquête, c'est pareil. J'ai beau savoir en gros qui est le tueur, qui manipule, qui résout et surtout la morale de l'histoire. Je reste toujours très heureuse de voir le déroulement de l'intrigue, de voir quand l'auteur veut nous faire faux bond et surtout quand il nous manipule. Voir ses leviers est vraiment très réjouissant.

1 commentaire:

  1. Voilà un auteur que je ne connais pas, je vais me renseigner sur ses romans, car pourquoi pas ;)

    RépondreSupprimer