vendredi 11 septembre 2015

Les régulateurs de Richard Bachman






Présentation de l'éditeur : Dans la petite ville paisible de Wentworth, en plein coeur des Etats-Unis, règne une chaleur caniculaire. En fond sonore, ce symbole rassurant de la vie banlieusarde : le ronronnement régulier des tourniquet d'arrosage. Une fin d'après-midi comme tant d'autres ; cependant, le tonnerre se met à gronder et, au même moment une fusillade éclate, bouleversant la quiétude de la population. Puis les montres s'arrêtent, le numéro d'urgence de la police ne répond plus. Et la terreur s'empare de tous. Lorsque la voiture de Mary Jackson déboule à tombeau ouvert, on est bien loin de cette fin de journée paresseuse de juillet... Que s'est-il passé ? Qui peut bien en vouloir à cette localité sans souci ?






Toujours une lecture de vacances.

Et oui, je sais, je suis en retard dans mes chroniques. Et figurez vous que c'est une de mes relectures de Stephen King et que celle ci, je ne me souvenais absolument plus de l'histoire. Il faut dire que cela faisait quelques années que je ne l'avais pas lu. Et quoi de mieux qu'un voyage en avion, un format court et des neurones fatiguées pour lire un bon petit roman d'horreur ? Rien, évidemment.

Je l'ai donc pris joyeusement dans mon sac et j'ai dû expliquer malheureusement l'histoire aux enfants (version 8 ans bien entendu) car ils me demandent systématiquement ce que je lis (les mauvais bougres). L'histoire un peu oubliée, c'était l'idéal car j'ai eu quelques belles surprises dans l'intrigues et surtout des sursauts de mémoire qui m'ont bien fait plaisir.


Un roman psychologique et horrifique bien sûr.

J'aime dans les Stephen King quand il est dans son optique de : je vais dans l'esprit humain un peu torturé et je vois ce que cela peut donner à ma sauce. Nous avons une petite ville, un petit quartier ici qui est la victime de camionnettes qui tuent des gens. Comme toujours, vous allez vous demander quelle drogue cet écrivain a pris (et j'aimerai le savoir). Il y a des références à d'autres romans, comme toujours même si ici c'est par touche très légère. Et vous aurez aussi des gens acculés dont le comportement va être révélateur de la nature humaine vue par l'auteur.

Ce que j'aime ici et que j'aime toujours dans ce genre de romans, c'est l'ambiance qui est glauque à souhait. Mais il y a aussi pleins de flashbacks qui sont sensés nous faire comprendre des choses à terme mais surtout qui en début de livre nous font perdre le fil de l'histoire. C'est déroutant et c'est là pour ça, vous me direz.

Sinon côté écriture, c'est fluide, c'est rodé, il n'y a pas un défaut selon moi, étant une fan de l'auteur. J'y ai retrouvé tout le plaisir de ma lecture. Alors certes, ce n'est pas un des grands romans de Stephen King, c'est un de ses romans qui sont idéaux à caser entre deux grosses briques. Frissons et émotions garantis !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire