mercredi 5 août 2015

Une aventure de Kay Scarpetta : Une mort sans nom de Patricia Cornwell



Présentation de l'éditeur : Le quotidien du médecin légiste Kay Scarpetta, déjà bien encombré de violence et de mort, va basculer dans l'horreur. Une jeune femme inconnue, retrouvée nue dans la neige, adossée à une fontaine de Central Park, porte de toute évidence les signes du rituel morbide de Temple Gault. Voici que resurgit le meurtrier psychopathe qui a échappé à toutes les polices en laissant dans la mémoire de Kay une blessure à vif. L'enquête menée avec ses collègues policiers Marino et Wesley lui fait très vite comprendre que le tueur a un compte personnel à régler avec elle, que tous les moyens sont bons pour la terroriser, y compris le harcèlement de son adorable nièce, la reine de l'informatique.












Pour une fois, pas de surprise sur le tueur.




KWAAAAAA ? vous pensez que je vous spoile direct, n'est ce pas ? Mais non, détendez vous. On sait déjà qui est le tueur en série. Le but du jeu, ici est de l'attraper. Le suspense en est donc différent, comme de bien entendu, puisqu'on est dans de la traque pure, sachant que celui qui joue le plus avec l'autre n'est peut être pas celui qu'on croit. Mais cela, il va falloir le découvrir. Sachez seulement que la connaissance de l'identité du méchant, ici, ne vous simplifie aucunement la tâche puisque vous passez tout de même tout le livre à tenter de le comprendre un peu.


Aussi, autant vous le dire, ce livre là est rythmé. On ne sait vraiment pas ce qu'il va arriver jusqu'à la fin car la tension reste à son comble tout le long. C'est un rythme différent des autres car le suspense est ailleurs si je puis dire. On se demande littéralement si Scarpetta ne va pas péter un boulon tout le long car le tueur joue avec elle de manière très agressive.



Les personnages compagnons se développent toujours autant.


Marino, encore et toujours. Il a de nouvelles responsabilités mais il n'arrive pas à avoir ce je ne sais quoi de politiquement correct qui irait bien avec le job. Ce qui fait qu'on craint pour sa place. En effet, ce flic a des idées préconçues et arriérés, même pour l'époque de l'écriture du roman. Il y a des phrases chez lui qui me font bondir. Mais on ne peut s'empêcher de l'aimer car ces phrases justement ne viennent pas de son coeur. C'est un borné qui montre mal son amour pour les filles Scarpetta. Il reste un grand maladroit qui nous fait toujours fondre.


Quant à Lucy, il est temps qu'elle grandisse définitivement. Elle n'en a pas terminé avec sa période rebelle et même si elle est superbe dans les enquêtes, j'avoue que parfois j'ai envie de lui mettre mon pied là où je pense. Elle est en post adolescence complet et il me tarde de voir l'adulte qui va émerger de ce personnage. En espérant qu'elle soit moins casse cou que sa tante.


En bref, un bon roman de vacances qui ne vous décevra pas si vous aimez la saga des Kay Scarpetta :)

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire