mardi 2 juin 2015

Le Fossoyeur d'Adam Sternbergh traduit par Florence Dolisi





Présentation de l'éditeur : «Tous les cimetières sont pleins, depuis longtemps.» Il se fait appeler Spademan, le Fossoyeur, presque un nom de super-héros. Vous ne saurez jamais son vrai nom. Il a été éboueur. Un jour, il a trouvé un bébé dans un sac-poubelle. Quelques années plus tard, sa femme est morte dans la série d'attentats radioactifs qui a vidé New York de ses habitants. C'était il y a longtemps : une autre vie. Maintenant, Spademan est tueur à gages. Il est resté dans les ordures, mais son salaire a considérablement augmenté. Il n'est pas sexiste : homme, femme, il s'en fout. Vos raisons, il s'en fout. D'ailleurs, le fric aussi il s'en fout. Et quand on lui demande de tuer la fille du richissime prédicateur T K Harrow, une gamine qui vient tout juste d'avoir dix-huit ans, il n'y voit aucun problème. Mais dans la toile de Harrow, pour la première fois de sa sinistre carrière, Spademan n'est pas la plus grosse araignée










 Un monde noir à souhaits.

Le principal atout de ce livre, il faut l'avouer, c'est son univers. Cela commence déjà par sa couverture : regardez moi ces tons. Un pont noir comme la suie, cassé de partout et un nuage de sang d'où émerge un homme sans visage. Cet homme, c'est Spademan, un tueur à gage qui pourrait nous faire trembler Léon. Ce tueur était un éboueur avant, et il pense que quelque part, il n'a pas changé de métier. Il arpente la ville au fil de ses contrats. Ne veut rien savoir à part l'âge de ses victimes et leur nom. C'est comme un ange de la mort.

Le monde, c'est New York après une guerre. C'est un monde sans espoir où les gens préfèrent accéder à une vie virtuelle, à imaginer une vie normale ou une vie fantasmée. Tout pour échapper à ce monde de désolation où pourtant il reste des gens, des services, tout ce qu'il faut. C'est un monde de profond désespoir, cynique, noir, en un mot moche.


Non il n'y a pas non plus d'ange de pureté.

C'est pour cela aussi que ce livre est bon. Il n'y a pas une seule personne qui vous fera oublier toute cette mocheté. Il y a une erreur de contrat : une femme enceinte. Celle qui va à l'encontre des règles du Fossoyeur et celui ci n'aime pas être blousé, même si c'est par un homme puissant qui pourrait déchainer les foudres contre lui. Il va donc s'attaquer à l'histoire de tout ceci, découvrir pourquoi ce meurtre a été commandé.

Et c'est dans cette enquête dans les bas fonds, dans un style simple, direct, brut de décoffrage que l'auteur va vous évader entièrement. Et lorsque vous refermerez ce livre, vous respirerez un grand coup et vous vous poserez les bonnes questions de toute bonne dystopie. En arrivera-t-on là ? Sommes nous condamnés à être branchés à des machines pour pouvoir vivre une vie qui nous semble meilleure ? Sommes nous à ce point lâches que nous ne voulions affronter notre présent ? Et puis surtout, vous vous poserez cette question : Qui est réellement Spademan ? Parce que nous avons son histoire, certes, mais il a fait le fugitif et ne nous a pas laissé cerner sa personnalité. En espérant que les prochains tomes soient publiés en France.

Un grand merci aux Editions Denoël pour cette découverte.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire