mercredi 17 juin 2015

22/11/63 de Stephen King




Présentation de l'éditeur : Jake Epping est un enseignant d'anglais à Lisbon Falls, dans le Maine, qui se fait un revenu complémentaire en enseignant aux adultes dans le programme GED. Il reçoit un essai de l'un des étudiants : une histoire macabre, déchirante, au sujet d'une nuit il y a 50 ans quand le père d'Harry Dunning est arrivé à la maison, a tué sa mère, sa soeur et son frère avec un marteau. Harry s'en est sortit avec une jambe mal en point, comme le prouve sa démarche actuelle.
Un peu plus tard, Al, l'ami de Jake, lui raconte un secret : sa boutique est un portail vers 1958. Il enrole Jake dans une folle mission afin d'empêcher le meurtre de John Kennedy. Ainsi sa nouvelle vie en tant que Jakes George Amberson, son nouveau monde d'Elvis et JFK, un monde de grosses voitures américaines, d'un solitaire en difficulté nommé Lee Harvey Oswald et d'une bibliothécaire prénommée Sadie Dunhill, qui devient l'amour de Jake et qui transgresse les règles normales du temps.







Quand Stephen King décide de faire de la SF.....

Oui, on avait déjà vu des petits bouts avec Dead Zone mais pas vraiment un livre consacré au voyage dans le temps. Dans sa Post Face, d'ailleurs, Stephen King rend hommage au Voyage de Simon Morlay de Jack Finney en disant que c'était pour lui LE roman de Science Fiction et je dois dire qu'en fait. Ce n'est pas moi qui vais le contredire. Et donc, dans 22/11/63, Stephen King prend le principe qu'il y a une bulle dans le temps qui s'est ouverte. Que Jake Epping a donc pu y aller et va tenter d'empêcher l'assassinat de JFK par un certain Lee Oswald. Et là vous allez me dire qu'on va pouvoir se régaler dans une superbe enquête sur la théorie du complot si chère aux Américains et nous sortir une théorie monstre !

Mais l'auteur va se servir de cet assassinat, des théories et de tout le reste comme pare feu à toute sa théorie du voyage dans le temps, à toutes les conséquences possibles et inimaginables sur les changements de la ligne du temps que pourrait faire un tel bouleversement historique. Et c'est là que le boulot de documentation est plus qu'énorme. C'est génial. Parce qu'au risque de vous décevoir, et c'est écrit dans le résumé. Nous n'avons pas l'histoire de JFK ici. Nous avons l'histoire de Jake, ou Georges, le nom qu'il prendra dans le passé. Et vous vous rendrez compte au fur et à mesure de votre lecture que JFK, aussi grand soit il, vous vous en fichez totalement. Et je m'en vais même vous dire pourquoi.


Jake, ce héros de tous les jours qui m'a fait vibrée.

Jake est comme Stephen King. Il est prof. Et même pas d'histoire, d'anglais. Il rencontre un de ces vieux potes, Al, qui a trouvé le moyen de passer dans les années 50. Et là la théorie du voyage dans le temps commence et surtout, surtout, la folle théorie d'empêcher l'assassinat de Kennedy, ce qui aurait sûrement évité des monceaux de trucs horribles (la Guerre du Vietnam, les massacres racistes, les tensions Est Ouest) Jake décide donc d'y aller et s'installe dans la petite ville de Judy, tout en enquêtant sur Lee Oswald.

Vous verrez donc la vie d'Oswald, son humanisation à part entière au travers de Jake qui tente de rester un observateur à tous prix mais aussi la vie interne de la petite ville de Judy. Sa vie lycéenne, surtout et enfin la rencontre avec Sadie, la jolie bibliothécaire maladroite. Cette histoire d'amour va vous toucher à un point que vous ne pourriez l'imaginer, jusqu'au jour de l'assassinat, jusqu'au jour où, quelle que soit l'issue, tout changera.


Je dois dire que l'auteur a magnifiquement repris toutes les théories possibles et inimaginable et la fin de cette histoire, suggérée par Joe Hill, son fils, est magistrale. Comme le dit si bien l'auteur : avec la fin de son fils "Ça déchire!" Ce livre est long, je ne vous le cacherai pas mais c'est à mon sens un des meilleurs de la série actuelle de l'auteur. Et vous parlez à une fan !


Stephen King vous remuera la corde sensible jusqu'au bout.

Vous le savez (ou pas) mais l'auteur adore faire des liens avec ses autres romans. Aussi, lorsque Jake traverse une petite ville et qu'il nous décrit cette longue rue qui monte et sa rencontre avec deux gamins. Mon sang n'a fait qu'un tour. Car l'auteur nous fait prendre des nouvelles de ses anciens personnages issus du roman CA. Et j'ai été tellement contente que Beb's et Richie aillent bien que j'ai dû me reprendre à deux fois en disant tout haut que non ce n'étaient pas de vrais gens ;) Il y a aussi une voiture qui fait peur, le fait que Jake soit professeur à plein temps, que sa femme soit alcoolique, que sa copine soit anticonformiste. Et puis vous avez la musique... In the Moon... Je pense que je pourrai me les repasser en boucle

Si vous connaissez bien l'univers de l'auteur, vous saurez devinez quelques personnages, vous saurez vous attendrir plus que de raison et vous fondrez littéralement sous ce pavé qui vous emmènera dans les années 50. Concernant le format (l'audio). Je ne vous le cache pas, le narrateur : François Montagut a effectué une performance admirable et parfaite. Jamais je n'ai fait autant de bons, jamais autant mon cœur n'a vibré et le format, pour le coup, a réellement apporté quelque chose au roman.

Encore un roman parfait pour moi. Mais ce n'est que mon avis non objectif ;)

4 commentaires:

  1. Je n'adhère pas des masses avec King, mais j'essaierai bien ce livre pour me réconcilier avec lui :) !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Fais attention tout de même, c'est une belle brique.

      Supprimer
  2. Je n'ai jamais pris le temps de lire du Stephen King mais celui-là m'a toujours plus tentée que les autres. Il faudrait que j'essaye un de ces jours :D

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En effet. L'avantage de celui là c'est qu'il est plus accès SF. Avec l'effet papillon toussa toussa

      Supprimer