jeudi 28 mai 2015

Une aventure de Kay Scarpetta : la séquence des corps de Patricia Cornwell





Présentation de l'éditeur : Black Mountain, une petite ville endormie au fin fond de la Caroline du Nord. Une petite ville où la police locale n'a guère affaire à plus d'un homicide par an, et encore, et ou les gens ont bien du mal à s'habituer à fermer leur porte à clé la nuit, même de nos jours. Ce n'est guère le genre d'endroit où rôdent les serial killers, et pourtant... Quelle autre explication trouver au meurtre de la petite Emily, onze ans, enlevée chez elle après avoir assisté à une réunion paroissiale, et retrouvée quelques jours plus tard ? D'autant que le modus operandi de l'assassin rappelle étrangement celui de Temple Gault, le tueur qui a réussi à échapper au F.B.I. et à Kay Scarpetta à l'issue d'Une peine d'exception. Appelés sur les lieux, Scarpetta et ses acolytes habituels, Marino et Wesley, vont avoir affaire à forte partie...






Oh ma tête !

Non, ce n'est pas la faute du livre mais je ne sais pas pourquoi mais le mois de Mai qui aurait dû être reposant vu que j'avais une semaine de vacances dans le lot fut chaotique. Et du coup, pour me concentrer dans mes lectures, ce n'était pas gagné. N'avançant dans rien, j'ai décidé d'opter pour une lecture de vacances : un Kay Scarpetta, oui, forcément !

Forcément sauf que mon Prince Charmant avait décidé lui aussi de se vider la tête avec Deus Ex : Human Révolution (excellent jeu d'ailleurs). D'habitude, jeux vidéos et lectures font très bon ménage à la maison, sauf que là, la bande son était tellement stressante que j'en ai vécu ce roman que je connais par coeur de manière très différente.

Cela m'a déroutée, franchement. Car j'étais sortie de ma zone cocon, celle qui régresse encore plus que la zone de confort. Bref, j'ai eu l'impression que je ne connaissais plus la Séquence des corps, quitte à imaginer une tourte aux cerises de Marino en train exploser à la figure de tout le monde.


Et sinon le roman?

Oui parce que tout le monde n'a pas une bande son de Deus Ex à portée de main. On voit dans ce roman l'apparition de sentiments complexes entre Kay et Pete Marino. Non pas de romance, justement. L'auteure, j'ai l'impression, nous informe royal qu'il n'y en aura pas du tout, peu importe vos fantasmes. Et cela fait 5 fois que je le relis. Et cela me fait toujours rire.

Nous avons Lucy aussi qui prend de plus en plus de place dans les intrigues. On l'a vu grandir, maintenant, elle est étudiante et stagiaire au FBI. Genre limite dans les services secrets. On sent qu'elle va prendre une part de plus en plus active dans les enquêtes de sa tante, même si pour le moment, elle ressemble plus à une demoiselle en détresse.

Quant à Kay Scarpetta, elle râle toujours, son féminisme ressortant à mort là dedans. Et cela fait du bien. Surtout pour l'époque. Donc encore une bonne pioche même si franchement, avec un environnement différent, j'ai vécu une autre expérience du truc 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire