jeudi 7 mai 2015

Prince Captif de CS Pacat



Tome 1 : L'esclave




Présentation de l'éditeur : Damen est un héros pour son peuple et le légitime héritier du trône d'Akielos. Mais lorsque son demi-frère s empare du pouvoir, Damen est capturé, dépouillé de son identité et offert comme esclave au prince d'un royaume ennemi.
Beau, manipulateur et létal, son nouveau maître, le prince Laurent, incarne ce qui se fait de pire à la cour de Vere. Mais dans la toile mortelle de la politique Vérétienne, les apparences sont trompeuses, et lorsque Damen se retrouve pris dans un jeu de pouvoir pour le trône, il doit s'allier à Laurent afin de survivre et sauver son royaume.
Sans jamais oublier une règle vitale : cacher sa véritable identité à tout prix. Car l'homme dont il a besoin est celui qui a le plus de raisons de le haïr...







Oui oui je sais, je l'ai lu.

C'est marrant les buzz sur certains bouquins. Lorsque Babelio me l'a proposé, je me suis dit que pourquoi pas. Une petite histoire de Fantasy avec un mec qui est prince et qui devient esclave d'un autre prince. Les deux vont s'allier alors qu'ils se détestent. Le livre faisait 300 pages à la louche. De la fantasy de gare (alors ne le prenez surtout pas mal, quand je dis "de gare" c'est un livre que j'achète vite fait à la gare ou à l'aéroport c'est selon et qui va me faire passer correctement le trajet. Ce n'est absolument pas péjoratif). Bref, de la Fantasy de gare qui m'a fait passer deux pauses midi au boulot. Je ne me suis pas ennuyée, j'ai tiqué un peu parfois mais ça va dans l'ensemble.

Donc comme je vous le disais, ce n'est pas une catastrophe, un livre horrible qui m'a fait passer un moment affreux affreux comme les JR Ward ou les De Keyser (mes yeux en saignent encore). Cela ne m'a pas fait passer un moment absolument transcendant comme la trilogie de la première loi d'Abercrombie ou les Robin Hobb. Et je pense que, sincèrement, le but n'était pas de faire de la High Fantasy ici. C'est de la romance avec de la Fantasy dedans, en fait. Donc oui il y a des choses que je n'ai pas aimé, et d'autres moins. Mais la note reste moyenne. Maintenant je vais vous raconter pourquoi.


Syndrôme de Stockholm, mon amour.

Bref, je ne sais pas si l'auteur voulait faire de la romance Mâle Mâle, ou gay, bref je sais pas comment cela s'appelle. Perso, on ne m'en aurait pas parlé, je n'aurai absolument pas détecté le truc. Et pourquoi tout le monde s'emballe ? Parce qu'on est dans un cour où les garçons couchent avec des garçons. Et là j'ai vu toutes les filles se trémousser en disant qu'il fallait absolument tester ce livre. Les filles. Calmez vous. Il y a aussi des viols et de la pédophilie dedans. Alors, la mythologie du livre l'explique bien. Les hommes couchent avec les hommes et les femmes couchent avec les femmes dans ce livre (oui parce que le second détail n'est pas souligné) parce que c'est une société qui prône le fait qu'il ne faut pas engendrer de bâtards. Du coup, quand c'est hors mariage, on se fait entre genres. Mouai. C'est au moins expliqué.

L'auteur a pris parti de nous mettre un mélange entre société romaine antique décadente (celle des orgies, celle qui fait froid dans le dos en fait) et les harems de Perse. Si j'ai bien cerné le basard. Donc on est plutôt dans une optique esclave sexuel, gros fantasme et compagnie. Et donc le prince que du coup personne ne reconnaît dans cette cour (permettez moi d'en douter mais bon) va se retrouver esclave sexuel comme d'autres prisonniers. Heureusement pour lui, le prince qui a hérité de lui n'est pas très en forme en ce qui concerne d'écarter les cuisses des autres. Il a d'autres problèmes dans sa vie aussi hein, puisqu'il le bat quasiment à mort. Mais le Damen, il veut quand même le protéger pour retourner dans son pays.

Donc c'est un syndrome de Stockholm puisqu'il déteste son maître, il le comprend, il le désire et il veut le protéger. Et les filles vous êtes en émoi avec cette théorie ? Enfin, oui je peux comprendre, bien entendu, c'est souvent utilisé en litté ou au ciné (ou même dans la vraie vie hein). Donc pas de réel innovation en fait.


Ne comptez pas faire du tourisme non plus 

Alors, autant les intrigues politiques, c'est ce qui m'a sauvé la lecture, autant vous le dire de suite, étaient pas mal bien faites. Même s'il y a eu quelques facilités, attention, mais elles sont bien faites tout de même. Autant pour découvrir de nouveaux univers, tu repasseras mon cher ami. C'est dommage, j'aurai aimé un peu de paysage, des odeurs, autre chose que la description des coussins de la chambre. Mais à la limite, je peux concevoir qu'un auteur n'aime pas cela. Personnellement, je préfère quand il y a de petites indications, histoire de me projeter un peu plus, vous voyez ?

Cela dit, d'après ce que j'ai compris, dans le prochain tome, cela va voyager. Donc pour ceux et celles qui aiment aussi les descriptions. Et bien ce sera le moment.

En bref : une intrigue un peu facile mais bon ça va. Une relation entre garçons que j'ai pas trouvé top. Sauf le fait que personne ne se pose d'éternelles questions genre et pourquoi j'aime les garçons ? Bref, c'était bien amené et très naturellement ce qui m'a franchement plu. Pas assez de profondeur en fait dans ce roman. Je suis sûre qu'il aurait pu être franchement mieux en grattant un peu plus. Mais au moins, cela se lit bien et sans prise de tête. Merci les Editions Milady et Babelio pour avoir pensé à moi  !

1 commentaire: