mardi 26 mai 2015

Chroniques du tueur de roi de Patrick Rothfuss




Tome 1 : In the name of the wind



Présentation de l'éditeur : J'ai libéré des princesses. J'ai incendié la ville de Trebon. J'ai suivi les pistes au clair de lune que personne n'ose évoquer durant le jour. J'ai conversé avec les dieux, aimé des femmes et écrit des chansons qui font pleurer les ménestrels.
J'ai été exclu de l'Université à un âge où l'on est encore trop jeune pour y entrer. J'y étais allé pour apprendre la magie, celle dont on parle dans les histoires. Je voulais apprendre le nom du vent.
Mon nom est Kvothe.
Vous avez dû entendre parler de moi.
Un homme prêt à mourir raconte sa propre vie, celle du plus grand magicien de tous les temps. Son enfance, dans une troupe de comédiens ambulants, ses années de misère dans une ville rongée par le crime, avant son entrée, à force de courage et d'audace, dans une prestigieuse école de magie où l'attendent de terribles dangers et de fabuleux secrets...
Découvrez l'extraordinaire destin de Kvothe : magicien de génie, voleur accompli, musicien d'exception... infâme assassin.
Découvrez la vérité qui a créé la légende.




J'ai lu un de mes cadeaux de n'anniversaire

Oui, la fille complètement gaga. Mais mon anniversaire n'a jamais eu une importance primordiale alors quand les copines ont décidé de m'envoyer des cadeaux, j'ai sautillé de partout. Et ma Jess, elle m'a envoyé celui là. Que je voulais depuis au moins tout ça. Et puis, du coup, j'ai eu envie de le lire. Car cela faisait déjà un peu de temps que je n'avais pas lu de la Fantasy un peu plus complexe. On doit continuer avec Yumiko nos aventures chez Joe Abercrombie. Avec Hélène, on a du mal à se fixer sur une saga en ce moment. Et la relecture avec Séverine des Chevaliers d'Emeraude. Et bien c'est une relecture. Ca va.

Je commence donc le premier chapitre de In the Name of the Wind. Et au bout de trois chapitres, alors que je discute avec Yumi, et bien en fait, je lui dis de tout arrêter que celui là, il fallait qu'elle le lise. Point barre. C'était pas possible autrement. Et j'avais bien raison ma bonne dame. En effet, elle a adoré cet univers. Au point qu'on lit le second tome, déjà, et donc. Voilà. on a lu In the Name of the wind.


Et l'intrigue mes petits loups, elle est bien présente.

Nous suivons ici un tenancier qui s'appelle Kvothe. Il est plutôt tranquille dans une auberge retirée, il a de beaux cheveux roux (ça c'est pour que les lectrices lisent ma chronique, ne cherchez pas); et il écoute les histoires magiques et extraordinaires de ses bons voisins au coin du feu, ou en lavant ses verres. Arrive Chroniqueur qui se dit que le gars lui rappelle bien quelqu'un, même que c'est impossible qu'un tenancier soit Le Tueur de Roi. Mais si, et pour éviter que tout ceci s'ébruite, Kvothe va lui demander trois jours pour qu'il puisse lui raconter son histoire.

Chroniqueur semble un peu étonné, parce que pour lui, une histoire de toute une vie dure à tout casser la journée mais accepte le deal. Et ce premier roman raconte la jeunesse de Kvothe : son enfance, la découverte du nom du Vent et une partie de sa vie à l'Université.


Kvothe est un gars que j'aime.

Il est hilarant ce gamin et cet adolescent par la suite. C'est vrai : c'est un peu un Harry Potter de la Fantasy. Il est orphelin, n'a pas de bol et a une puissance de dingue. Il est très intelligent, doué avec la magie, arrogant comme pas deux et surtout il sait jouer d'un instrument comme d'un dieu. Encore un peu et toutes les filles seraient à ses pieds. Il a son Malefoy à lui aussi : Ambroise et leurs règlements de compte qui tourne à l'escalade m'a bien faire rire, même si la confrontation entre les deux me fait peur tout de même.

Bref, Kvothe, je l'aime bien, j'ai de l'empathie avec lui, ce qui me donne qu'une seule envie : savoir comment il va avoir toutes ces légendes, comment il va tourner. Pourquoi se planquera-t-il dans une auberge pourrie à enseigner tout ce qu'il sait à un garçon qui n'a pas la même foi que lui ? Nous en saurons plus au prochain épisode. Bye




Tome 2 : La peur du sage, partie 1



Présentation de l'éditeur : J’ai dormi des milliers de nuits et parcouru des milliers de kilomètres.
Je m’imaginais que tout serait très facile, une fois que je serais à l’Université. J’y apprendrais la magie et trouverais les réponses à toutes les questions que je me posais. Je croyais que tout se passerait aussi simplement que dans les livres de contes.
Et il aurait pu en être ainsi, si je n’avais pas eu le don de me faire des ennemis et de m’attirer les ennuis.
Cette histoire n’a rien d’une romance enlevée. Ce n’est pas une fable, où l’on revient d’entre les morts. Ce n’est pas un récit épique destiné à galvaniser les esprits.
Non. Nous savons tous de quel genre d’histoire il s’agit.
Quand quelqu’un vous raconte une partie de sa vie, c’est un cadeau qu’il vous fait.











Un tome de transition

Qui dit tome de transition dit une action qui va moins vite. Au grand damn de Yumi, d'ailleurs, mais je dois dire que j'ai bien aimé. Oui parce que on voit Kvothe qui fait des bêtises, qui s'emporte, mais qui fait aussi de bonnes actions. On voit aussi Kvothe qui galère un max. Et pourquoi ? Parce qu'il a des problèmes d'argent. Et oui, avec cet homme, fini Beverly Hills où tous les étudiants roulent dans des voitures de luxe et ont des fringues de folie. Ici, on a un jeune homme talentueux qui bosse pour faire ses études. Et qui retrouve ses potes au café du coin pour faire barde. Comme Hélène et les Garçons, en sommes.

Mais oui, je rigole et je vous fais marcher. Nous sommes ici dans les années d'études de Kvothe et tout un ensemble d'actions qui vont permettre à sa légende de se développer (ce qui le fera bien rire) mais aussi de démontrer pourquoi il doit partir un an à l'étranger, loin de l'université. Et je fois dire qu'il en aura fallu beaucoup pour qu'il quitte son cher lieu de connaissance.

Ce que j'aime chez lui, c'est qu'il n'y connaît rien, que ce soit dans les us et coutumes de l'université mais aussi dans la cour d'un roi. Mais il a cet oeil innocent et curieux qui fait qu'il apprend et qu'il se fait des amis où qu'il aille. Malheureusement, à dire la vérité et à la rechercher, il se fait aussi son lot d'ennemis et il aura son lot de complots à déjouer.


Dans tous les cas, un personnage plus qu'attachant.

Que ce soit sa version jeune, c'est à dire l'étudiant dont on écoute les aventures où l'homme mûr qui nous raconte cette histoire, une chose est certaine : on aime de plus en plus Kvothe. Parce qu'il n'est pas parfait. Parce qu'il se moque des légendes qu'il y a sur lui, même qu'il pense que c'est sûrement un peu surfait. Parce qu'il a un humour du tonnerre et un esprit farceur : quand il se venge d'Ambroise, quand il donne des piques à Chroniqueur, quand il monte de gros baratins, quand il essaie de jouer au plus malin avec pas forcément les mêmes personnes.

C'est aussi un jeune homme qui peut avoir des erreurs. Avec sa copine, il a de la m** dans les yeux et à chaque fois, je me demande dans quelle mouise elle va l'emmener. Elle ressemble un peu à un oiseau de mauvaise augure : dès qu'elle se pointe, on sait qu'il va lui arriver quelque chose. Et puis il fait des erreurs de jugement, il se trompe, il angoisse, il perd patience. On l'aime pour ses défauts et je me demande comment sera la troisième partie du récit car une vie aussi bien remplie mérite d'être entendue.



Tome 3 : La Peur du sage, deuxième partie



Présentation de l'éditeur : J’ai libéré des princesses. J’ai incendié la ville de Trebon. J’ai suivi des pistes au clair de lune que personne n’ose évoquer durant le jour. J’ai conversé avec des dieux, aimé des femmes et écrit des chansons qui font pleurer les ménestrels.
Mon nom est Kvothe.
Vous avez dû entendre parler de moi.
Dès l’enfance, Kvothe a connu un destin d’exception. Mais même aux heures les plus sombres, jamais il n’a cessé de chercher les réponses. De se révéler au monde à travers le chant de la magie. Aujourd’hui, il est à l’orée du chemin terrible et fabuleux qui fera de lui un héros…
Quel est le prix à payer lorsqu’on devient une légende de son vivant ?












On arrête la pause et on reprend.

Avec Yumiko, comme nous lisons un peu à la Barbare, lorsqu'on fait des sagas un peu lourdes en contenu comme celle ci, nous lisons des choses plus légères entre deux (du moins on essaie). Là, c'était reparti pour lire la seconde partie de la peur du sage. Et cette partie reprend exactement là où on l'avait laissé. C'était comme faire une pause pendant un film. Mais qu'à cela ne tienne, on est reparties sur les chapeaux de roue pour voir ce qu'il allait encore arriver à Kvothe. Enfin, surtout, quelles bourdes il allait encore nous faire.

Non pas qu'il soit stupide, absolument pas. Mais il a un caractère impulsif qu'à chaque fois qu'il se casse la binette, je suis à côté (avec Yumi, tant qu'à faire) en train de lui hurler dessus : "Mais on t'avait dit de pas faire ça!!!!". Vous allez me dire que c'est un peu la caractéristique des gros héros de la Fantasy et je vous répondrai que vous n'avez pas totalement tort. Aussi, je ne fais que semblant de râler sans me tourner vers Kvothe pour un magique : "Je te l'avais bien dit".


Toujours une vie tumultueuse !

Nous suivons bien entendu encore un peu de sa formations à l'Université, ainsi que sa vie d'aventurier entre temps. Et comme toujours, il ne fait rien comme tout le monde, pour notre plus grand plaisir car on ne suivrait pas avec autant d'entrain une vie de patachon. A noter que le rythme qui ralentissait un peu pendant la première partie a recommencé à s'accélérer, ce qui présage une troisième journée absolument fantastique. Et j'ai hâte d'y être.

Pour conclure avec ce tome, cela s'est lu assez vite parce que c'était très prenant. L'univers est toujours aussi addictif et je n'ai qu'une hâte c'est de connaître le dénouement. J'ai beau avoir passé trois livres avec Kvothe, j'ai encore du mal à faire le lien entre celui qui raconte les chroniques et celui qui les vit, parfois. 

2 commentaires: