mercredi 22 avril 2015

Erica Falck et Patrick Hedström de Camilla Läckberg



Tome 1 : La princesse des glaces


Présentation de l'éditeur : Erica Falck, trente-cinq ans, auteur de biographies installée dans une petite ville paisible de la côte ouest suédoise, découvre le cadavre aux poignets tailladés d'une amie d'enfance, Alexandra Wijkner, nue dans une baignoire d'eau gelée. Impliquée malgré elle dans l'enquête (à moins qu'une certaine tendance naturelle à fouiller la vie des autres ne soit ici à l'œuvre), Erica se convainc très vite qu'il ne s'agit pas d'un suicide. Sur ce point - et sur beaucoup d'autres -, l'inspecteur Patrik Hedström, amoureux transi, la rejoint.
A la conquête de la vérité, stimulée par un amour naissant, Erica, enquêtrice au foyer façon Desperate Housewives, plonge clans les strates d'une petite société provinciale qu'elle croyait bien connaître et découvre ses secrets, d'autant plus sombres que sera bientôt trouvé le corps d'un peintre clochard - autre mise en scène de suicide.
Au-delà d'une maîtrise évidente des règles de l'enquête et de ses rebondissements, Camilla Läckberg sait à merveille croquer des personnages complexes et - tout à fait dans la ligne de créateurs comme Simenon ou Chabrol - disséquer une petite communauté dont la surface tranquille cache des eaux bien plus troubles qu'on ne le pense.





Le Petit policier qui m'a tenu la semaine

Oui, une semaine de vacances de ma collègue = une semaine toute seule dans mon bureau. Ce qui veut dire que, souvent, j'essaie de caser mes retards en audiolivre et de faire du technique en veux tu en voilà. C'était l'occasion, j'avais reçu La Princesse des glaces. Le temps de charger la bête et c'était parti pour la semaine de foliiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiie. Pas si folie que cela d'ailleurs car bien entendu, je débute une saga donc on entre gentiment dans l'ambiance. Et qu'elle ambiance glauque et tout et tout dans cette petite ville. On peut dire que l'auteure aime planter le décors et franchement, pour tout vous dire, je n'écouterai pas cela en plein hiver. Brrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrr

Sinon que dire d'autre sur le livre en question. La voix de la narratrice, Christine Pâris. Peut être ai je du mal avec les voix féminines mais je l'ai trouvée un poil monocorde. Heureusement que je bossais derrière tout de même parce que lorsque le récit était creux. Et bien, j'avais le cerveau qui partait en sucette, tout simplement. Sa voix grave et un peu lente, cela vous flingue l'attention, c'est terrible.




Et la bête en question, cela donne quoi.

Un semblant de huit clos avec un petit village, un meurtre, une personne qui enquête, des dramas familiaux, un nouveau couple (forcément, on se fait une saga les enfants) et tout ceci qui se mélange en veux tu en voilà avec des secrets bien glauques, des voisins qui épient, d'autres qui font des rumeurs. Roulez jeunesse.

J'ai toujours considéré que mon voyeurisme était totalement assouvi dans ce genre de huit clos policier et je pense que c'est vrai quelque part. Ce roman ne sera pas un coup de coeur, parce que je viens à peine de rentrer dans l'univers. Sachez que je n'avais rien deviné (ou presque). Le suspense est maintenu jusqu'à la fin et je dois dire que si l'auteure utilise ces clés de lecture tout au long de la saga, cela risque de devenir mon rendez vous de semaine seule au bureau. C'est dit ! 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire