jeudi 23 avril 2015

Dark Eden de Chris Beckett

Présentation de l'éditeur : Au cours d'une expédition, des astronautes s'échouent sur une planète, qui ne doit sa chaleur et sa lumière qu'à la bioluminescence de sa flore et à son activité géothermique. Malgré les avaries subies par leur navire spatial, ils décident de tenter de retourner sur Terre ; deux d'entre eux, Tommy et Angela, préfèrent cependant rester plutôt que de courir le risque d'un nouveau voyage. Cent soixante-trois ans plus tard, leurs descendants espèrent toujours une expédition de sauvetage de la part des Terriens. Au sein de cette société stagnante et dégénérescente, appelée La Famille, l'adolescent John Redlantern fait tout pour rompre le statu quo. Il ne supporte plus de voir son peuple se cantonner dans la vallée étroite où l'homme a initialement posé le pied et souhaite explorer le reste de ce monde, quitte à se faire des ennemis...










Un roman qui vous fera sortir de vos sentiers battus.

En effet, Dark Eden est résolument estampillé Science-Fiction. Et on le comprend car nous sommes sur une planète différente, visitée un moment par des Terriens. Ils sont tous repartis sauf deux (un homme et une femme). Ces Terriens ont dit qu'ils allaient revenir et quelques deux cent ans plus tard, on retrouve toute la descendance de ces deux personnes restées à attendre. Ces enfants sont donc tous un peu bizarres car la consanguinité est au rendez vous. Ils ont développé un langage particulier et sont dans l'optique de se souvenir de Tommy et Angela, les pionniers qu'ils ont élevé au rang de quasi dieux et reste sur le même bout de terre parce que les Terriens vont revenir les chercher.

Et là, on bascule carrément dans un récit quasi biblique en fin de compte ? Pourquoi? Déjà le nom de la planète : Dark Eden (oui on a fait des allusions plus vite). Le couple originel : Tommy et Angela qui fondent une nouvelle population. Un lieu interdit : une forêt sombre. Des lois qui se créent et des histoires qui sont mystifiées. Si vous ne vous attendiez pas à une métaphore du Paradis et d'Adam et Eve, et bien vous aurez un air aussi surpris que moi.

Et je dois dire que l'idée est plus que sympa. Elle est géniale. Car cela vous donne pleins de pistes de lecture pour un seul roman. Et c'est cette richesse qui m'a fait emporter le coup de coeur.



Un style d'écriture qui vous raviront.

En effet, le schéma narratif joue énormément dans ce roman. Tout d'abord, vous aurez le point de vue de deux des personnages principaux, s'alternant sur chaque chapitre : celui John Lanternerouge et celui de Tina (je ne me souviens plus de son nom de famille.) Ce sont deux chasseurs pour le compte de Famille qui auront une vision un peu plus moderne des choses. John est sans conteste le leader qui va vouloir tirer Famille de son obscurité. Et ici on est en plein mythe de la Caverne de Platon. John va se caractériser par un Haut fait : ici, tuer un prédateur et il va user de cela pour avoir des femmes, une renommée et plus de prise de poids dans les décisions du clan. Il va tenter par là de les amener à changer de vie.

Tina, elle est une jeune femme qui sait ce qu'elle veut. Elle veut vivre sa destinée sans être dans le carcan de ce qu'on projette de faire pour elle (en gros, donner naissance à des tas de gamins). C'est quelque part la féministe extra terrestre du groupe. A deux, ils vont ainsi former un courant de pensée qui va réduire à néant l'immobilisme de Famille et l'amener à évoluer.

En bref, cette pépite avec son vocabulaire bien particulier (puisqu'on assiste à une évolution du langage au fil des ans) et à la narration franche et simple vous raviront. C'est un livre à lire, à reprendre de temps en temps et à analyser. Dans tous les cas, il  vous permettra de vous évader totalement. Un grand merci comme toujours à la Masse Critique de Babelio et aux Presses de la Cité de m'avoir proposé de lire ce livre.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire