jeudi 26 mars 2015

Les enfants de la Terre de Jean M. Auel



Tome 1 : le Clan de l'ours des cavernes




Présentation de l'éditeur : Il y a 35 000 ans, une longue période glaciaire s'achève et la Terre commence à se réchauffer.
Lentement, durant des millénaires, l'homme s'est peu à peu dégagé de la bête et il apparaît à peu près tel qu'il est aujourd'hui. Il connaît l'outil, le feu, le vêtement. Il fabrique des armes pour chasser, aménage des grottes pour s'abriter. Dans le chaos de la nature, il est parvenu à créer un peu d'harmonie.
En ces premiers temps du monde, Ayla, une fillette de cinq ans, échappe à un tremblement de terre et se sort des griffes d'un lion pour se réfugier auprès d'un clan étranger. On l'adopte. Très vite, les gestes et les paroles d'Ayla suscitent l'étonnement et l'inquiétude.









La claque ! 

On m'avait dit que la saga des Enfants de la Terre était une saga à lire. Donc je l'avais mise dans ma PAL parce que le format me plaisait et concrètement, je savais que cela allait me plaire. J'y suis donc allée un peu  en terrain conquis, sachant que j'allais passer un bon moment, voire un excellent moment. Il suffisait pour cela d'attendre le bon moment où mes neurones avaient besoin d'être sérieusement emballées. Et comme j'étais fatiguée, que j'avais envie de vacances, d'évasion, je me suis décidée à sortir le premier tome de ma PAL, en me demandant quand même si la mythologie des hommes des cavernes allaient pas me paraître un peu trop simpliste.

Oui mais bien sûr. Quand j'ai commencé, avec mes préjugés à la hum hum, j'ai pris donc tranquillement ma claque avec ce background de magie un peu shamanique, des hommes de Neandertal qui allaient rencontrer une jeune fille, Ayla, la première Cromagnon qu'ils allaient recueillir (en gros, ils les appellent les Autres), parce que cette petite fille a été griffée par un lion des cavernes. Jusque là, je me disais qu'on avait un peu fumé la moquette mais que tout allait encore bien.

Mais au fur et à mesure qu'a grandit Ayla, et donc que j'ai découvert cette petite tribu. Mais franchement, mon nez n'a pas du tout décollé du livre. J'ai mangé avec, dormi avec, frissonné avec (le temps a aidé) et même mon chat a dû laisser quelques caresses dans la bataille tellement j'étais absorbée par cette vie de grotte, par cette culture des Néandertaliens qui est si simple et si complexe à la fois.


Donc oui la claque

La claque, la douche froide, ce que vous voulez. Car l'auteur a dû tout créer en fin de compte. Et il a malgré tout associé le comportement des personnes présentes dans son histoire à des comportements que nous nous pouvons voir dans notre environnement. Avec des thèmes assez efficaces : l'amour dans une famille d'adoption, les relations sociales dans un petit village (ici une grotte), la jalousie, l'envie, la gratitude, le courage, les idées reçues, la joie, la tristesse, le partage, le danger.... Tout ceci est présent dans tout ce premier tome. Avec Ayla qui ne demande qu'à s'intégrer, elle qui est une étrangère, alors qu'elle doit aussi analyser ce qu'elle ressent car elle est une personne à la recherche de sa nature, de sa famille d'origine. Et pourtant, elle tente d'associer cela au Peuple de l'Ours des cavernes.

Ainsi, chaque personnage vous touchera d'une manière ou d'une autre, mais surtout, vous serez complètement hypnotisés par leur mode de vie, par leurs pensées, par leur façons d'intéragir. C'est pire que de se retrouver devant une fourmilière pour tenter de comprendre le tout. Pour un voyage, c'est un voyage. Et les émotions sont aussi présentes, prêtes à vous assaillir.

Ce premier tome, c'est plus qu'une histoire. C'est un appel qui vient des tripes. Réveillez l'homme des cavernes qui sommeille en vous et partez à la chasse au mammouths, découvrez la médecine, les réunions, l'artisanat et vivez votre vie auprès des Enfants de la Terre




Tome 2 : La vallée des chevaux


Présentation de l'éditeur : Injustement chassée de la tribu qui l'avait recueillie, Ayla erre à travers les steppes désolées du nord de l'actuelle mer Noire, dans l'espoir de retrouver son peuple d'origine.
Elle finit par se réfugier dans une vallée où vit une troupe de chevaux sauvages. Là, elle fait d'extraordinaires découvertes et parvient à percer le secret du feu. Elle adopte aussi une pouliche et un lionceau, et parcourt le vaste monde, chassant en compagnie du plus puissant des prédateurs. Pour être pleinement heureuse, il ne lui manque qu'un compagnon. Mais le destin veille... Le jeune et blond Jondalar, après un long voyage riche en péripéties, la rejoindra et partagera sa vie dans la vallée. Grâce à lui, Ayla va faire une découverte aussi importante que celle du feu : l'amour. Deuxième volet de la série " Les Enfants de la Terre ", La Vallée des chevaux confirmait l'irruption au firmament de la littérature romanesque d'une nouvelle étoile : Jean M. Auel, l'auteur de la plus grande saga préhistorique de tous les temps. 







Je me suis dit que prendre ce deuxième tome pendant les vacances, c'était une bonne idée.

Vous savez ce que c'est. Vous êtes en vacances et vous avez besoin d'évasion, d'aventure. C'est le temps aussi de ressortir de grosses sagas car on a plus le temps pendant la sieste des monstres. Et puis cette année, je partais avec mes parents, mon oncle et ma tante. Alors fallait que je m'attendes à un traffic de livres certain, voire à une alerte critique, genre : mais on a plus rien à lire. Parce que lorsque je pars en famille, c'est le moment où il y a des échanges de BD et de livres. A mon oncle les BD, ma mère les policiers, ma tante les thrillers suédois, mon prince charmant la fantasy et moi les grandes sagas historiques. Cela transforme notre lieu de vacances à une espèce de grande lecture commune pendant deux semaines. Bref, c'est le rêve et je comptais leur faire découvrir les Enfants de la Terre.

Mais revenons à ce tome de la vallée des chevaux. C'est un tome un peu transitoire car on voit l'apparition d'un nouveau personnage : Jondalar, un homme qui part à l'aventure avec son frère, pour le Grand Voyage comme ils disent afin de rencontrer d'autres tributs. Et puis il y a Ayla qui a été éjecté de son groupe et qui apprend à survivre toute seule. Vous aurez donc du paysage, de la technique de chasse, de la technique de cuisine, de l'artisanat et de la couture. C'est le top du top pour la découverte (surtout quand tu sais que tu passes par Samara peu de temps après).

Mais ce tome a tout de même développé chez moi quelques tics bizarres. Car voyez vous, quand vous êtes dans la cambrousse corse avec votre livre, que vous voyez la nature à perte de vue, surtout qu'elle est sauvage, qu'il peut vous arriver de rencontrer de la biquette ou du sanglier, on développe ses sens primaires à lire des scènes de chasse. Et le must, c'est quand vous vous dépêcher de faire la soirée tarot en famille parce qu'on s'inquiète d'une intrusion des Hyènes près de chez Ayla. Là on se dit qu'on est mordus pour de bons.


Et sinon l'histoire ?

Et bien, l'auteur, avec son super tome de la mort qui tue. Il alterne les points de vue des personnages, ce qui fait qu'on ne s'ennuie pas avec les descriptions (puisque l'environnement change tout le temps). On découvre des groupes attachants, des scènes touchantes, d'autres révoltantes. Il y a aussi une pointe de sensualité mais aussi de rites. C'est un tome complet qui vous tiendra en haleine malgré son nombre important de pages.

En bref, on passe à une superbe étape dans la saga des enfants de la Terre et cela donne vraiment envie de découvrir la suite, genre tout de suite. Sauf que j'avais pas pris le tome 3 pendant mes vacances. Donc forcément, il a fallu que je cale un peu d'autres livres. Et puis il y a eu la rentrée. Mais les soirées se rafraichissent, donc j'ai bon espoir. A bientôt donc :)

3 commentaires:

  1. C'est un bon livre, c'est sûr, mais je l'ai trouvé très long à démarrer, je me suis ennuyée pendant 200 pages et j'ai bien failli abandonner, mais après ça vaut le coup. Je n'ai lu que ce tome pour l'instant et je compte lire la suite, mais dans le genre Préhistoire, j'ai préféré la saga L'Odyssée du dernier Neandertal.

    RépondreSupprimer
  2. j'ai adoré cette saga, il ne me reste à lire que les deux derniers tomes ;)

    RépondreSupprimer
  3. Avec moi ça ne passe pas... d'ailleurs mon premier tome est encore en attente à la page 125, mais je ne pense pas m'y remettre. =/

    RépondreSupprimer