jeudi 5 février 2015

Le quinconce de Charles Pallisier



Tome 1 : L'héritage de John Hoffman





Présentation de l'éditeur : Dans l'Angleterre du début du XIXe siècle, le petit John Huffam, élevé dans un village perdu, ne tarde pas à découvrir la cruauté qui fonde les castes sociales et qui déchire les êtres.
A l'occasion d'une rencontre avec une gamine de son âge, il croit comprendre que sa mère, pauvre parmi les pauvres, est mystérieusement apparentée aux châtelains de l'endroit : un secret qu'il vaut mieux ne pas trop creuser si l'on veut avoir la paix. Ce secret, John consacrera sa vie à l'élucider
.













A l'image d'un Dickens, ce livre nous brosse le portrait d'une Angleterre au XIX° Siècle

Lorsqu'on parle de la saga du Quinconce, tout le monde va dire la même chose. C'est comme un Dickens. Et je me disais qu'on allait avoir une belle redite des Belles Espérances. J'ai donc sélectionné ce partenariat par pure curiosité mais sans plus. Alors oui, si vous parlez du portrait de l'Angleterre au XIX° siècle, oui, je peux vous le dire, si vous avez aimé la plume de Charles Dickens, vous aimerez celle de Charles Palissier. Le travail de description des modes de vie et des personnages est incroyable.  Vous aurez l'impression de vivre là bas et en ce temps là. Et pour une immersion plus totale, vous aurez des anciennes tournures dans les dialogues. J'adore !

Concernant nos petits personnages. Nous suivons John qui est un enfant dont les origines sont obscures et qui vit dans une maison, avec sa mère. Ils sont considérés comme une famille aisé. Et quand je vois le train de vie, je me dis que bof. Et, comme si l'auteur avait entendu mon mini soupir, il nous décrit en même temps la vie des paysans. Je retire donc mon soupir et je trouve que John a beaucoup de chances ;)


Mais cette écriture n'est qu'une toile de fond sur un mystère bien prenant.

En effet, dès le début, John se pose des questions sur ses origines. Qui est son père ? Pourquoi doivent-ils rester quasiment tout le temps cachés ? Qui sont ses ennemis ? Pourquoi sa mère cultive-t-elle toujours autant le mystère ? Ces questions qui peuvent paraître simplettes deviennent, grâce à l'écriture de l'auteur, une véritable obsession pour nous dans ce premier tome. Parce qu'on se dit qu'il va tout nous avouer (l'auteur) dans le premier tome et que les autres serviront de résolution. Que nenni ! Il cultive lui même le mystère, ce qui, personnellement, m'a rendue complètement dingue.

Ainsi, notre savoir évolue avec celui de John mais il est trop petit, comme dirait sa mère, pour tout comprendre alors il ne sait rien. Il ne fait que subir les évènements et tente de vivre sa vie au milieu de tout cela. Ces mystères sont pour lui une force incommensurable qui l'étouffe petit à petit. Et nous sommes dans le même cas. Vous pourriez peut être penser que cela nous dégouterait de la saga. Mais non, bien au contraire. L'arrivée des informations au compte goutte ne nous donne qu'un objectif : lire la suite.

Un grand merci aux éditions Libretto et à la Masse Critique de Babelio de m'avoir fait découvrir cette saga.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire