vendredi 20 février 2015

La Promesse de Jean-Guy Soumy

Présentation de l'éditeur : Camille s'agenouilla près du corps de Jeanne. Ses doigts se posèrent sur la cheville glacée. Il ferma les yeux. C'était il y a longtemps. Un jour d'été. Ils ruisselaient, l'un et l'autre, d'eau et de soleil. Ils avaient treize ans. Peut-être quatorze. Dans une anse sableuse de la Dordogne, ils s'étaient baignés toute l'après-midi. L'eau était chaude et coulait sur les graviers dorés. Parfois, l'ombre d'un poisson filait dans le cristal du courant. Le temps n'existait plus. Il n'y avait ni passé ni lendemain. Que l'instant présent, d'une densité écrasante. La joie qui l'avait essoufflé faisait encore aller et venir sa poitrine maigre. Battre son coeur sous ses côtes. Le pied de Jeanne était venu se poser comme un oiseau au creux de sa main. La peau était fine, douce. Lisse. Le talon s'emboîtait parfaitement à sa paume. Penché sur Jeanne, il ne vit pas que les autres faisaient cercle dans son dos. À un moment, il se retourna et les découvrit. Mais son visage n'était plus le même et tous reculèrent. Soucieux de ne pas approcher de trop près un si grand chagrin. " À l'âge du premier grand amour, Camille a laissé sa famille le séparer de Jeanne. Toutes ces années, fidèle à leur promesse, elle l'a attendu. Il n'est pas venu. Quand elle meurt, on l'accuse de s'être défenestrée. Et, en ce temps où il n'est pire crime que se suicider, c'est Camille que désigne la justice pour incarner dans son procès le " corps et la voix " de Jeanne...




Un auteur qui maîtrise parfaitement le rythme d'écriture.

Quand je pense à ce livre, c'est vraiment la première chose qui me vient à l'idée. Jean-Guy Soumy a une plume qui coule, qui fait que lorsque vous commencez, vous ne vous arrêtez qu'à la fin de ce livre. De plus il est court (environs 250 pages) ce qui promet peu de temps morts. Enfin, les dialogues entre les deux personnages nous permettent d'avoir une certaine poésie. Ce livre aurait été magnifique en audio. C'est un roman qu'on peut sans problème lire à haute voix, faisant ainsi un moment de conte, comme avant.

Car l'intrigue se passe il y a des années, voire des siècles. Au temps où la Monarchie Absolue était de mise et où l'Eglise Catholique avait plein pouvoir. Un temps où lorsqu'on se suicidait, on commettait un crime contre son roi. Et pourtant, Camille, le jeune cousin de Jeanne, va tout tenter pour découvrir ce qui s'est passé. Il va se battre pour que la mémoire de son ancienne amie ne va pas être baffouée.

S'ensuit alors une enquête. Pour prouver que ce n'était qu'une folie. Et Camille va en profiter pour faire ses adieux à la jeune femme, à sa manière....


Cette promesse est aussi un processus de deuil.

Car entre Camille et Jeanne, c'était compliqué. Ils ne se sont pas parlés pendant des années. Et le fait que Camille enquête sur cette mort tragique va lui permettre quelque part de faire son processus de deuil, de découvrir la vérité et surtout, à la fin, de pouvoir s'en aller. Cela va lui permettre aussi de faire le point sur sa vie, sur ses regrets, sur son avenir et de tourner (enfin) une page.

La promesse est un roman qui se lit au calme, qui est à déguster car il vous enveloppe littéralement. Et si vous vous prenez au jeu de l'écriture de l'auteur, à sa musique, vous serez conquis. Merci à la Masse Critique de Babelio pour cette découverte.

1 commentaire: