lundi 9 février 2015

Christine de Stephen King



Devant une maison mal entretenue, sur une pelouse pelée, Arnie vient de découvrir Christine, elle même en piteux état. Et pourtant cette rencontre va bouleverser sa vie.
Arnie, c'est un adolescent fort en thème, fragile, boutonneux, timide. Et qui est Christine ? Une femme parée de toutes les séductions ? Non, Christine est une voiture américaine, une Plymouth Fury 1958 qui porte bien son âge. Mais dès qu'Arnie s'assied à son volant,dès que la radio de bord commence à distiller les succès des années soixante, la voilà subitement qui se sent revivre. Elle se transforme, embellit, rajeunit, et son emprise sur son jeune acquéreur est totale.
Christine ne supporte aucun partage. Animée d'une puissance machiavélique, elle fonce tout droit sur la seule rivale qui soit en travers de sa route, la jolie Leigh, petite amie d'Arnie.









A tous ceux qui pensaient que Choupette, elle faisait des trucs démoniaques.

Et bien pour tous ceux là, lisez Christine et vous adorerez Un amour de Coccinelle ! Plus sérieusement, Stephen King part de son postulat que certains lieux ou certains objets ont une certaine âme, une certaine aura qui est mauvaise. Est ce que ce sont des électrons libres ? Est ce que cela fait partie d'un tout machiavélique ? Pas facile de discerner avec Stephen King tant il aime faire des rappels de ses bouquins que ce soit dans ses séries dans ses films et autres. En creusant un peu, on trouve de tout (et merci Ptitelfe de m'envoyer un message à chaque fois).

Mais c'est bien du style de Stephen King de nous mettre dans l'erreur, mais surtout de nous mettre dans un livre d'ambiance. Car Christine c'est bien cela. Comme toujours, nous partons d'une anecdote (l'achat d'une voiture) pour sombrer dans une espèce de cas de possession démoniaque qui va pousser certains personnages à faire des trucs exceptionnels ? Le résultat ? Des angoisses, des questions, une sensation de malaise, bref, que du bon avec l'auteur. Car c'est ce frisson, cette sensation de nausée qui, si elle prend bien, fait tout de l'auteur.


Christine parle aussi du passage à l'âge adulte.

L'achat d'une première voiture et l'investissement qu'on y met. Voici le thème principal de ce roman. En effet, Arnie récupère un vieux tacot (Christine) et au fur et à mesure qu'il s'investit dedans, elle prend littéralement vie ! Alors, oui, version Stephen King, cela donne une voiture qui tue des gens (mais pourquoi cela ne m'étonne plus). Mais nous avons tous ce genre de sentiments. Notre première voiture, on a tous tenté de bricoler avec. On a partagé des souvenirs avec. Voire, on a souffert avec (Ôde à ma Choupette qui n'a eu que des coups de malheurs pendant deux ans avant de se faire voler.). Bref, la voiture est plus qu'un objet, c'est un endroit où l'on vit une grande partie de notre vie, et c'est cela que l'auteur cherche à nous montrer. Et c'est aussi pour cela que ce roman peut faire peur. Et si notre voiture avait une âme comme Christine.

C'est aussi le moment du passage à l'âge adulte. Car le fait d'avoir une voiture, c'est le fait d'avoir des responsabilités, d'être plus adulte (le sujet porte à débat, je vous l'accorde). La voiture est un sentiment de liberté pour beaucoup de jeunes gens. Elle permet de se déplacer, de trouver un job, de partir en vacances. C'est un des enjeux de notre société actuelle. Alors imaginer une voiture qui, à l'instar de la réalité, n'apporte que des malheurs, c'est totalement pervers et démoniaque (c'est du Stephen King en même temps).

Alors ? Le bilan ?

Plus que 15 ans après, j'en ai eu encore des frissons. Ptitelfe aussi. Yumiko beaucoup moins. Mais l'écriture de l'auteur est en cela versatile. Tout ce que je peux vous dire c'est que Christine fait partie des romans qui m'ont marquée. Et c'est un véritable régal de le relire pour vous, pour moi, pour ma Choupette aussi ;)  

2 commentaires:

  1. Ho bin c'est émouvant comme fin :p Oui c'est vrai que j'y ai pensé snas l'aborder dans ma vidéo et article concernant le passage à l'âge adulte! D'ailleurs Christine est aussi à la croisée des âges avec ses 21 ans :) Enfin, heureusement il semble qu'elle n'ait pas fait sa crise de la quarantaine !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu imagines ? 20 après .... Elle revient !

      Supprimer