mardi 27 janvier 2015

Un jour tu verras de Mary Higgins Clark





Présentation de l'éditeur : Meghan n'en croit pas ses yeux là, dans ce service d'urgences hospitalières, la jeune fille qu'on vient d'amener, victime d'une grave agression, lui ressemble trait pour trait, comme une jumelle. Mais ce n'est là que la première des énigmes que la jeune femme, avocate reconvertie dans le journalisme, va devoir affronter. Un père disparu dans un mystérieux accident. Une clinique spécialisée dans la fécondation in vitro et l'élaboration de clones humains. L'ombre d'un «serial triller»... On ne résume pas ce roman, dont la critique a été unanime à saluer le brio époustouflant. Des surprises jusqu'au bout, un suspense sans faiblesse jamais la romancière de La Nuit du renard, Grand Prix de littérature policière 1980, n'a fait preuve d'une telle science de l'intrigue et de l'angoisse.











Comment ça je lis un policier en hiver ?

Et oui, cela m'arrive. J'avais envie de bouger ma Pile à lire un petit peu. Car c'est une relecture. Un jour tu verras, je l'ai lu il y a très longtemps en été, sur une plage en Corse avec ma Maman, puisque la tradition de lecture commune Mère Fille était instaurée depuis déjà un long moment. Je m'en souviens très bien car à l'époque, je ne connaissais absolument rien des grossesses médicalement assistées et je dois dire qu'un policier sur le sujet, cela permet de combler un peu certains manques.

Oui car les romans de Mary Higgins Clark se veulent au moins de temps en temps d'un sujet scientifique. Et c'est vrai que c'est l'idéal pour une enquête car cela nous met sur une fausse piste tout le temps. Et je dois dire que j'aime cela chez cette auteure. Ce n'est pas du tout prise de tête. On s'amuse juste à voir défiler les théories. On se laisse porter tout simplement par le récit, par l'intrigue, les rebondissements et les personnages. Et c'est aussi dans cet esprit que j'ai repris cette lecture. Je ne sais pas, sûrement une certaine nostalgie d'un temps plus insouciant.


La force de Mary Higgins Clark : des personnages ordinaires vivant une situation extraordinaire.

Le point de départ est la disparition d'un père, celui de notre héroïne. Mais on ne retrouve pas son corps et, du coup, pas d'assurance vie. Suite à la confrontation d'une jeune femme qui lui ressemble étrangement, va débuter l'enquête sur la mort de son père. Et suite à un reportage sur une clinique pratiquant des inséminations artificielles, nous aurons une intrigue secondaire. Le temps que tout se monte, on se sent pris au jeu de l'enquêtrice, on prend partie et on se demande comment elle va s'en sortir.

Vous voyez, cela n'est pas très compliqué en sommes. On a les mécanismes d'un polar et l'auteure montre qu'elle s'en sort bien avec ses rebondissements, la gestion de l'action et l'approfondissement de ses personnages. Elle leur en fait baver, naturellement, et nous faisons aussi ce qu'il faut pour s'attacher, voire s'identifier parfois à eux.

En bref, un bon petit roman à sortir lors d'une soirée détente, tout simplement.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire