lundi 26 janvier 2015

Ma semaine en livres (du 19 au 25 Janvier 2015)



Mouahahahhah.
Non, je ne pète pas du tout un câble. mais j'ai retrouvé cela dans mes valise à DVD et du coup, je mesuis faite une soirée téléfilm.... Avec Ça de Stephen King
J'ai aussi complètement dévoré la première saison de The Leftovers,  et celle de Downtown Abbey. Bref une vraie junkie de la télévision. J'ai aussi tricoté un pull pour mon amoureux (mais cela tout le monde s'en fiche). J'ai cuisiné tout plein aussi. Et j'ai sauvé le monde au boulot. J'ai aussi lu. Oui oui, cela m'arrive. Et même que les lectures étaient excellentes. Ce qui présage de bonnes choses pour cette semaine même si elle va être carrément speed. Allez c'est parti !




J'ai commencé par des expériences et du léger. En effet, je ne connais pas du tout l'humour Flamand (et pourtant, j'habite tout près). Et je dois dire que ce livre est extrêmement drôle mais pas que. Et vous verrez tout cela dans la chronique qui devrait arriver aujourd'hui ou demain.







J'ai fini aussi mon Mary Higgins Clark du moment. Je ne sais pas quel sera le prochain d'ailleurs, mais on verra bien. Un vrai plaisir cette relecture !







Cette semaine, j'ai aussi rencontré Rama et je dois dire que cette rencontre du Troisième Type était très enrichissante. Un vrai plaisir de retrouver la plume d'Arthur C. Clarke et de déterrer mes vieux coucous de la SF :)







J'ai aussi terminé hier, dans mon bain (oui vous saurez tout), une belle relecture puisque c'était Merrick. Et Merrick est sans doute l'un des plus magiques de la saga. On nage en plein vaudou. Ce livre est celui qui est le plus imprégné de magie, encore plus que dans la saga des Sorcières.



Et oui, je n'ai pas tenu très longtemps pour entamer le second volume de Guerre et Paix. Que voulez vous, je deviens incontrôlable quand il s'agit de classiques :p
1805 à Moscou, en ces temps de paix fragile, les Bolkonsky, les Rostov et les Bézoukhov constituent les personnages principaux d'une chronique familiale. Une fresque sociale où l'aristocratie, de Moscou à Saint-Pétersbourg, entre grandeur et misérabilisme, se prend au jeu de l'ambition sociale, des mesquineries, des premiers émois.
1812, la guerre éclate et peu à peu les personnages imaginaires évoluent au sein même des événements historiques. Le conte social, dépassant les ressorts de l'intrigue psychologique, prend une dimension d'épopée historique et se change en récit d'une époque. La "Guerre" selon Tolstoï, c'est celle menée contre Napoléon par l'armée d'Alexandre, c'est la bataille d'Austerlitz, l'invasion de la Russie, l'incendie de Moscou, puis la retraite des armées napoléoniennes.
Entre les deux romans de sa fresque, le portrait d'une classe sociale et le récit historique, Tolstoï tend une passerelle, livrant une réflexion philosophique sur le décalage de la volonté humaine aliénée à l'inéluctable marche de l'Histoire ou lorsque le destin façonne les hommes malgré eux.


Ptitelfe et moi avons repris aussi Fitz. On a très envie de terminer la saga (j'avoue) et puis le Fou nous manquait ....
La narcheska Elliania, des îles d'Outre-mer, a lancé au prince Devoir un défi : il doit lui rapporter la tête du dragon Glasfeu s'il veut l'épouser.
Il lui faut donc se rendre sur l'île d'Aslevjal où se trouve le monstre, prisonnier de la glace. Mais le jeune homme a fort à faire pour convaincre les Outrîliens de le laisser partir. Après de longs pourparlers et des préparatifs à Castelcerf, le prince prend enfin la mer, accompagné de Fitz et d'Umbre. Hélas, à la suite des machinations de ce dernier pour l'empêcher de se joindre à eux, le fou, qui a prédit à Fitz sa mort à Aslevjal, demeure retenu dans les Six-Duchés.
Lorsque le groupe aborde l'île et son glacier, il installe son campement sur le site où gît le dragon, dans un froid polaire, parmi des plaines de glace et de neige entrecoupées de fractures et de crevasses. Mais, au moment où on commence à creuser, des événements inquiétants surgissent, qui mettent en danger l'expédition. Pourquoi ? Qui en est à l'origine ?


 Oui, je sais, ce quatrième tome, je le traine en longueur. Mais il est extrêmement sombre. Et j'ai peur de piquer du nez en voiture (autant tout avouer). Je tenterai de le terminer au pire la semaine prochaine
La guerre est finie. Entre Pans et Cyniks, condamnés à s’entendre, l’équilibre reste fragile. Pendant ce temps, au nord d’Eden, surgi d’on ne sait où, un impénétrable et mystérieux brouillard stagne comme une muraille. Entropia et ses pièges attendent désormais l’Alliance des trois… Cette deuxième époque entraîne le lecteur à la découverte du véritable ennemi des Pans : Entropia, essence même de la Grande Tempête qui a ravagé la planète. Les véritables enjeux d’Autre-Monde se dessinent peu à peu pour nos 3 héros en quête de qui s'est vraiment passé.



 Thursday Next, détective littéraire et agent des OpSpecs, bénéficie d'un repos bien mérité après être rentrée dans l'intrigue du roman Jane Eyre grâce au portail de la prose et en avoir sauvé l'héroïne. Elle a aussi retrouvé l'homme de ses rêves, Landen, et comme un bonheur n'arrive jamais seul, la voilà enceinte ! Seulement, la corporation Goliath ne l'entend pas de cette oreille, et pour la contraindre à libérer le criminel qu'elle a enfermé dans un poème de Poe, le groupe tout-puissant fait éradiquer son mari de la réalité - il serait mort dans un accident de voiture à l'âge de deux ans !
Seule Thursday se souvient que Landen a un jour existé... Mais maintenant que le portail de la prose a disparu, la jeune femme va devoir subir un entraînement spécial à la jurifiction - la police interne des livres - avant de pouvoir reprendre ses voyages à l'intérieur des chefs-d'oeuvre de la littérature.


 Le Valbise tremble. Akar Kessel, un apprenti-sorcier, a maladroitement réveillé une relique pouvant balayer la région de la surface des Royaumes : l'eclat de cristal. mais les Dix-Cités doivent faire face à un danger plus immédiat : les barbares. après une première attaque manquée, ces derniers laissent pour mort un membre de leur tribu : le jeune Wulfgar bientôt recueilli par le nain Bruenor et son ami Drizzt Do'urden, l'elfe noir. Condamné à cinq ans d'esclavage et de proximité complice, le jeune homme s'aguerrit au contact de ses bienfaiteurs. Heureusement, car il pourrait bien être leur ultime rempart contre l'effarante puissance du cristal !.
 Un siècle après l’Apocalypse. La Terre est un désert stérile, où seules quelques capitales ont survécu. Dont Paris.
Paris devenue ville-monstre, surpeuplée, foisonnante, étouffante, étrange et fantasmagorique. Ville-labyrinthe où de nouvelles Cours des Miracles côtoient les immeubles de l’Ancien Monde. Ville-sortilège où des hybrides sirènes nagent dans la piscine Molitor, où les jardins dénaturés dévorent parfois le promeneur imprudent et où, par les étés de canicule, résonne le chant des grillons morts. Là vit Chet, vingt-trois ans. Chet chante du jazz dans les caves, enquille les histoires d’amour foireuses, et les jobs plus ou moins légaux, pour boucler des fins de mois difficiles.
Aussi, quand un beau gosse aux yeux fauves lui propose une mission bien payée, il accepte sans trop de difficultés. Sans se douter que cette quête va l’entraîner plus loin qu’il n’est jamais allé, et lier son sort à celui de la ville, bien plus qu’il ne l’aurait cru.

8 commentaires:

  1. Une excellente semaine à toi, et de belles lectures !

    RépondreSupprimer
  2. Je te souhaite une belle semaine livresque !

    RépondreSupprimer
  3. Je te souhaite de belles découvertes livresques !

    RépondreSupprimer
  4. Il faudrait que je teste Mary Higgins Clark et Anne Rice un jour. J'aime beaucoup Robin Hobb. :)
    Bonne semaine de lectures. ^^

    RépondreSupprimer
  5. je ne connais pas tes lectures je te souhaite une excellente semaine livresque

    RépondreSupprimer