mercredi 10 décembre 2014

Lettres mortes de Robert Allison traduit par Isabelle D. Philippe



Présentation de l'éditeur : 1942, au beau milieu du désert libyen. Un jeune soldat anglais reprend connaissance, sa moto totalement détruite à quelques mètres de lui. Il a sauté sur une mine et est grièvement blessé. Une musette pleine de lettres gît à ses côtés. Il ne se souvient de rien, ni de qui il est, ni pourquoi il se retrouve dans cet endroit. À la surprise de tous, il se remet peu à peu de ses blessures et occupe sa convalescence à lire les missives. L’une d’entre elles le touche particulièrement : celle qu’un lieutenant, Tuck, a écrite à la femme aimée. Le jour où une tribu de Bédouins attaque le campement, le jeune amnésique saisit l’occasion de changer d’identité et d'endosser celle de Tuck. Il va s’inventer une vie rêvée. Lettres mortes est un voyage hypnotique qui nous parle de la solitude des soldats, de leur courage et, parfois, de leur lâcheté. Robert Allison nous emmène dans les dunes fascinantes et dangereuses du Sahara, qui offrent un décor magistral, à la hauteur de la noirceur...







Un roman que j'ai choisi pour me rappeler mon adolescence.

Lorsque les Editions Denoël m'ont proposé de lire Lettres mortes, instantanément, en regardant la couverture, je me suis souvenue des Joseph Kessel dont je ne me lassais pas de lire étant adolescente. En effet, cet auteur français savait très bien relater ses récits de guerre. Et cette couverture, ouverte sur le désert, c'est tout un pan de mon adolescence qui est revenu. Aussi, lorsque je l'ai commencé, je m'attendais à quelques petites choses : de l'aventure, un récit léger, une petite quête initiatique. Et les éléments étaient au rendez vous. Aussi, me lecture fut très bonne.

En plein milieu d'un désert, un homme est retrouvé blessé et amnésique. La seule chose qu'il possède, ce sont des lettres à poster. Tentant de survivre dans un camps de blessés, il va relire ses lettres pour tenter de se reconnaître dedans. La question sera : en a-t-il besoin ? Va-t-il se raccrocher à ce passé perdu ? Va-t-il au contraire aller de l'avant ? C'est tout l'enjeu de ce petit livre.


Robert Allison nous emmène en voyage au cœur des soldats

Comme je vous le disais plus tôt, ce livre vous donne l'impression de partir loin. Et pourtant, on ne peut pas vraiment parler d'évasion car nous sommes en guerre, dans le désert et avec d'autres soldats qui ne sont pas tous un modèle de patriotisme. Nous sommes en fin de guerre, les soldats ne savent plus vraiment pourquoi ils se battent. Ils ont faim, ils sont blessés et ils ne veulent qu'une chose : rentrer chez eux. La principale question de ce livre est en réalité : Mais pourquoi sommes nous là ?

Je pense que par ce biais, l'auteur a réellement cerné les soldats, surtout les étrangers qui sont venus se battre pour la France. Autant, je pense que se battre pour son pays, on peut le concevoir assez facilement. Mais se battre pour un pays qui n'est pas le sien, au bout d'un certain moment de privations, on se pose naturellement des questions. Ainsi, l'auteur nous montre les côtés sombres de chacun, pendant que notre héros sans nom tente lui de retrouver son identité. De quel côté de la balance va-t-il pencher, lui qui est là par hasard ?

Ainsi, un bon moment de lecture pour ma part. Merci encore les Editions Denoël pour ce choix assez atypique. Mais c'est ce qu'on aime chez vous :)

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire