mercredi 10 décembre 2014

L'auréole des condamnés de Lionel Behra








Présentation de l'éditeur : Une victime au comportement absurde… Un innocent qui s’accuse… Et un suspect qui prétend détenir le don de percevoir la mort des individus quelques jours avant qu’elle ne se produise… Qui ment ? Qui manipule qui ? En qui avoir confiance ! Lorsque les faits contredisent la raison, faut-il croire en l’impossible ?













Quand Lionel Behra s'implique dans toutes les étapes de votre lecture....

Vous le savez maintenant, dès que je peux papoter avec un auteur à propos du livre que je lis, je ne m'en prive plus. Car j'aime m'impliquer autant qu'ils s'impliquent dans le processus de lecture. Et lorsqu'il y a un salon du livre (surtout les Halliennales que j'aime et que j'adore), je fais littéralement ma virée. Et aux Editions Rebelles, je croise Lionel Behra qui me dit que l'Auréole des condamnés, c'est du bon roman. Cela ne m'étonnait absolument pas, car j'avais beaucoup, mais beaucoup aimé les Arcanes du temps  , roman auquel je pense beaucoup en ce moment, curieusement, en lisant Ceux qui sauront de Pierre Bordage (Lionel, faudra peut être qu'on en discute d'ailleurs après ma lecture).

Revenue à la maison, une fois le livre ouvert, je contacte tout naturellement l'auteur car déjà les premières pages me rappelaient ma troisième année de FAC (et la fatigue aidant, les dix ans passés aussi, mon vocabulaire juridique s'est grandement emmêlé). Tout au long du roman, nous papotons de plus en plus, jusqu'à ce que je découvre la fin de l'intrigue, le méchant, le pourquoi du comment et où je me rends compte qu'en 200 pages, il m'a bien roulé tout de même.

Cela nous a fait bien rire, comme de bien entendu. Je promet une belle petite chronique mais un regard incertain court entre nous. La chronique sera-t-elle sérieuse (ou pas?) J'ai bien entendu carte blanche de Lionel Behra et je vais tenter de ne pas faire trop de digressions Kokoesques, puisque la chronique des Arcanes était sérieuse. Autant rester dans la continuité.


Donc, petit mode d'emploi pour retourner un lecteur en moins de 300 pages, le paragraphe où je vous dévoile tout du livre.

Je vous vois tous bondir en s'écriant : "Oh mon dieu, elle va spoiler le livre". Mais non. Jamais, à la limite de mes moyens, bien entendu, je ne vous dévoilerai quoique ce soit sur l'histoire. Mais du coup, comment vous expliquer le tour de maître de l'auteur ? Car ne vous laissez pas abuser par ce petite nombre de pages. L'auréole des condamnés est petit, certes, mais costaud ! Vous n'aurez aucun temps mort dans votre lecture. Votre esprit aura à peine le temps d'échafauder une théorie pour que Lionel Behra vous la renverse avec brio !

Cette lecture, ce fut une soirée de détente absolue, une de ces soirées où on est heureux de lire du thriller français qui sort des sentiers battus. Les personnages sont complets, et prennent l'allure de la caricature juste pour vous induire en erreur. Vous vous demanderez jusqu'au bout ce qu'est cette auréole des condamnés et vous serez ravis de la fin.

Aussi, que dire de plus ? Lisez le ! Merci infiniment Lionel de m'avoir fait les yeux doux pour l'achat de ce livre, je te laisse le temps jusqu'au prochain salon pour me faire une petite liste. Et merci aussi pour ta disponibilité. Amis lecteurs, n'ayez pas peur de contacter vos auteurs. Surtout celui ci, vous aurez de belles discussions en perspective.



1 commentaire:

  1. Hello,
    Merci pour ta chronique !!
    Ravi que mes deux romans t'aient plu!!.
    Alors, comme ça, je fais les yeux doux, moi ? Bon , ben , faut bien vendre, non? lol. Et ca marche !
    Amicalement,
    Lionel

    RépondreSupprimer