mercredi 12 novembre 2014

Purgatoire des innocents de Karine Giebel







Présentation de l'éditeur : Je m'appelle Raphaël, je viens de passer 14 ans de ma vie derrière les barreaux. Avec mon frère, William, et deux autres complices, nous avons dérobé 30 millions d'euros de bijoux. Ç'aurait dû être le coup du siècle, ce fut un bain de sang. Deux morts et un blessé grave. Le blessé, c'est mon frère. Alors, je dois chercher une planque sûre où Will pourra reprendre des forces.
"Je m'appelle Sandra. Je suis morte il y a longtemps dans une chambre sordide. Ou plutôt, quelque chose est né ce jour là..."
Je croyais avoir trouvé le refuge idéal. Je viens de mettre les pieds en enfer.
"Quelque chose qui parle et qui marche à ma place. Et son sourire est le plus abominable qui soit...







Alors moi qui pensait qu'avec les Thilliez, les Camut et Hug, on avait passé un cap dans l'horreur et la perversion humaine....

Vous le savez maintenant, Evasions Littéraires et moi repoussons de plus en plus loin nos thrillers pour vous trouver des trucs glauques, pour vous trouver des trucs brrrrr. Et, normalement, avec les trois auteurs mentionnés dans mon titre, on est déjà assez large. Comprenez qu'il y a deux nanas qui lisent le soir, tendues comme des strings, en s'envoyant des messages pour ne pas avoir peur dans le noir. Et la petite Yumiko me dit qu'elle a testé Karine Giebel et que c'est un stade au dessus. On tient le pari et nous voilà dans le Purgatoire des innocents.

Et bien la vache ! Pour des personnages tordus, ce sont des personnages tordus. Et l'auteure prend un malin plaisir à nous décrire toute leur psychologie. En nous laissant aussi des indices qui prouvent qu'ils sont bien pourris. On se doute donc d'un truc immonde, en priant tous les dieux possibles inimaginables que ce soit faux. Elle nous donne un petit espoir qu'en fait, elle rigole et cela va bien se passer. Et Chlak ! En fait, il se passe quelque chose de pire.


Un titre très bien trouvé.

En effet, le titre correspond bien à l'ambiance du roman. Nous sommes sans arrêt en attente de ce qu'il va se passer, tout en frissonnant, bien entendu, de ce qu'il va se passer. Car ce sera forcément quelque chose d'horrible. On se dit que c'est un roman qui ne peut bien se finir et en cela, la plume de l'auteure est fantastique.  En effet, on peut se dire que 600 pages, c'est long. Mais ici, c'est un réel page turner que vous avez là. Et en ne lisant qu'une petite heure par soir, nous l'avons très vite dévoré.

Ce roman est un purgatoire, pas un lieu où l'on fait une pause, mais un lieu qui prépare à des souffrances bien pires. Or, la question que je me pose réellement, c'est que certes, il y a des innocents dans ce purgatoire. Mais il y a aussi des malfrats. Qui ne sont pas toujours du bon côté du bourreau. Qu'adviendra-t-il d'eux ?

3 commentaires:

  1. Il faudrait que je me lance avec cette auteure :) ...Merci pour ta critique !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci à toi de la lire. J'en testerai bientôt un autre d'elle. Donc tu vas bientôt en voir plus ;)

      Supprimer
  2. une grosse claque pour ma part! c'est dur, mais magistral!

    RépondreSupprimer