vendredi 14 novembre 2014

On se lit quoi ce week end ?


Ce soir, le cravail, il sera fini et je serai en week end. Et du coup, comme j'ai quasiment tout lu de ce que je voulais lire cette semaine, il est temps, voire même plus que temps de réfléchir à ce qu'on va lire ce week end








Foisonnant, bourré d'aventures et de rebondissements, un roman hors normes qui mêle philosophie des Lumières, leçons d'anatomie à la bougie et amours maudites. Portée par une écriture flamboyante, une œuvre d'une richesse exceptionnelle. Tristan Hart a vingt ans quand il quitte sa campagne du Berkshire pour rejoindre Londres et les enseignements du légendaire Dr William Hunter. Étudiant surdoué, depuis toujours obsédé par la relation entre le corps et l'âme, son ambition de chirurgien est de soulager la souffrance. Mais dans le secret de son cabinet d'études, il est une chose que Tristan n'ose s'avouer : le plaisir extrême qu'il prend à infliger la douleur. C'est alors qu'apparaît dans sa vie la belle Katherine Montague... «Le Bien, le Mal. Le Vrai, le Faux. Ces Termes sont bien piètres et impropres. En vérité, il n'y a qu'un seul Choix à faire c'est celui d'agir ou de ne pas agir.» «L'extraordinaire fiction gothique de Jack Wolf répond à toutes ses promesses. C'est un conte dans le sens le plus noble du terme. Puissant, parfois cru, toujours élégant, le roman explore l'éternel dialogue entre la tête et les tripes. Et le résultat est délicieusement sanglant... Jack Wolf nous livre son récit avec passion, précision et poésie. Tous ceux qui ont le cœur bien accroché et l'imagination fertile trouveront cette lecture tout simplement étincelante.» The Guardian


Alors, celui là, je l'ai commencé hier. J'ai lu un chapitre et cela a l'air mais franchement Space; C'est un livre que j'avais acheté il y a *hum* parce qu'Antonine en avait pensé du bien et je trouvais la couverture sublime. Et puis vous me connaissez, les lectures atypiques, c'est aussi mon dada.  On verra bien ^^




Melniboné, l'île aux Dragons, régnait jadis sur le monde. Désormais les Dragons dorment et Melniboné dépérit. Sur le trône de Rubis siège Elric, le prince albinos, dernier de sa race, nourri de drogues et d'élixirs qui le maintiennent tout juste en vie. La menace plane ; alors il rend visite au Seigneur du Chaos, Arioch, et conclut un pacte avec lui. Il s'engage ainsi sur le chemin de l'éternelle aventure : le Navire des Terres et des Mers le porte à la cité pestilentielle de Dhozkam, et son destin le pousse à franchir la Porte des Ténèbres ; au-delà, deux épées noires attendent leur maître et leur victime...



Celui ci, je l'ai commencé en numérique parce que mes chats squattaient mes livres. Cela fait aussi quelques années que je me dis que je dois le lire.Il fait un petit 200 pages. Je pense qu'un peu de Dark Fantasy ne me posera pas trop de soucis ce week end.

 Yougoslavie, fin des années cinquante. Dans un petit port de l’Adriatique, Anton et Jak, dix et onze ans, assouvissent leurs rêves de piraterie en volant des bijoux, de l’argent et des instruments de navigation sur les bateaux qu’ils astiquent pendant le jour – tout un butin qu’ils entreposent dans une cave laissée à l’abandon.
Alors qu’ils doivent cesser leurs cambriolages, car pêcheurs et miliciens recherchent activement les voleurs du port, les deux garçons font la connaissance d’un ivrogne. En échange d’alcool, le vieil homme leur raconte l’épopée du Pirate Sans Nom, un forban hors du commun qui aurait disparu sans laisser de trace, tout en emportant avec lui son trésor, le plus fabuleux de l’histoire de la piraterie.
Pour Anton, ce qui n’est sans doute qu’une légende va devenir sa principale raison de vivre. Devenu un pirate des temps modernes, un pilleur d'épaves, sa quête le mènera aux quatre coins de la planète, et il découvrira que derrière l’énigme du Pirate Sans Nom s’en cache une autre, bien plus ancienne, celle du Vaisseau ardent…


Et puis, du coup, je le commencerai bien lui, si j'ai le temps. Dans tous les cas, c'est décidé, je m'y colle la semaine prochaine. Je ne vais pas passer ma vie à retarder cette pauvre petite lecture. En se lisant quelques pages par soir, cela devrait le faire non ? (mouarf). Cela dit, je pense faire une pause entre chaque grosse partie ce qui aura deux objectifs : le premier, reposer un peu ma caboche. Le second, je pourrai lire d'autres livres et un bonus (j'en profiterai plus longtemps )


Et pour mes lectures communes ?

 Le tocsin de la guerre résonne aux portes de l’Union. L’armée du monde libre, inexpérimentée, mal équipée, divisée par les querelles intestines que se livrent ses chefs incompétents, semble inconsciente du danger qui la guette. Face à elle, sur le front du Nord, les barbares de Bethod se chauffent d’un tout autre bois...
Au Sud, les forces du Gorkhul se massent au pied de la cité de Dagoska. Alors que la ville bouillonne des préparatifs la bataille, l’inquisiteur Glotka – affecté là après la disparition suspecte de son prédécesseur – découvre une conspiration visant à livrer la ville à l’ennemi sans combat. Menacé à chaque instant, Glotka a besoin de réponses, et vite.
Pendant ce temps, la poignée de héros réunie par Bayaz prend la route du Vieil Empire, à destination du bord du Monde. Le Mage espère y trouver la Graine, une relique surpuissante, jadis responsable de la destruction de plusieurs villes, et peut-être aujourd’hui l’unique voie de salut pour l’Union. Mais encore faut-il pouvoir s’en emparer... et la contrôler !



En VO pour moi et la petite miss m'a bien fait comprendre que nos 100 premières pages n'étaient pas assez. Donc je pense qu'on va prendre un tout autre rythme pendant le week end *gloup*




 "La fièvre du samedi soir a brûlé et mon jardin se retrouve une nouvelle fois envahi par les vampires. J’aurais dû savoir que j’allais au-devant de sacrés ennuis en acceptant de les héberger. Ma stupidité me perdra, me voilà encore plongée dans une histoire que j’aurais préféré éviter. Ce coup-ci, ce sont les changelings qui me tournent autour et ils ne sont pas de très bon poil. En ajoutant deux ou trois fées au décor, un fiancé mégalo et un lycan sexy à mourir, c’est l’explosion assurée. Il n’y a pas à dire, je suis un authentique aimant à problèmes "





Les gars, on termine ce week end dites ? Parce qu'on a dépassé la première moitié déjà. C'est jouable non ? 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire