mardi 4 novembre 2014

Ma semaine en livres (du 27 Octobre au 2 Novembre)


Hellow à tous.

En ce moment, au travail c'est la folie. Du coup, quand je rentre, je lis et je ne chronique pas (pas bien). Cela ne me dispense pas de vous donner mes petites lectures de la semaine







Lecture avec Yumi donc c'est un thriller bien tordu et bien dégueu. On s'est effectivement repues de scènes franchement brrrr, on s'est demandé si Kurtz allait revenir (Les voies de l'ombre nous auront marqué à jamais je pense) et surtout, surtout, on s'est demandé ce que voulait dire W3 parce que ils mettent longtemps avant de nous le dire (oui je suis obsédée des titres). Drame de la semaine, j'ai renversé mon café car mon chat a sauté dessus et mon livre est tout taché *fais une minute de silense*




Ah bah j'avais oublié l'effet que faisaient les romans gothiques dites donc.... J'ai franchement levé les yeux au ciel parfois, mais l'auteure a bien bossé. Du coup, la chronique attendra car elle sera longue. Très longue. Que je vous expliquerai pourquoi j'ai bien aimé en ayant été agacée toussa toussa.






Avec les filles, (Claire et Hélène), on a terminé fin de cette semaine Si proche de lui de Stéphane. Et Stéphane, il est pas cool parce que c'est le seul mec au monde à me faire accepter d'avaler de la guimauve comme cela (oui autant les filles, je peux encore comprendre. Mais un homme. M'enfin!). Bref, si vous voulez savoir pourquoi que c'était bien parce que c'était de la romance à la Stéphane. Et bien, vous attendrez la chronique (hihihi)






Ah mais je l'ai terminé aussi celui là. Dimanche soir d'ailleurs. C'était cool. Franchement. Un bon petit thriller historique moyen âgeux, sans pour autant prendre la tête. Par contre, les statues de cire, cela fait un peu flipper parfois brrrrrrrr






En parallèle, j'ai aussi lu de la Fantasy, de la vraie, de la tatouée avec de la neige qui devient noire, toussa toussa. Et bien, quand on y réfléchit bien, j'ai bien aimé le roman, mais la fin, je la trouve un peu longuette. En même temps, c'est un premier roman, c'est normal qu'il ne soit pas archi parfait. Mais il aura le mérite de me faire écrire une loooongue chronique ^^







Et du coup, Dimanche, plus rien à lire (la loose quoi), les pieds froids, le ventre creux (je n'avais pas préparé le thé) sous le plaid avec mon chat (enfin, les trois chats). Une petite bio qui trainouillait. Allez c'est parti. Et en effet, c'était sympa, j'ai appris plein de choses sur Lyautey que je ne connaissais absolument pas. Par contre, je trouve que cette bio était trop impersonnelle. C'est plus une compil de récits sur Lyautey que la vision de Gilles Ferragu. Il aurait fallu que l'auteur se mouille un peu plus pour nous faire un petit bijou




Dans mon optique, je déterre mes très vieux achats, en voici un de 2012 du salon du livre de Paris. Commencé Lundi midi au boulot
Paris, an de grâce 1633. Louis XIII règne sur la France et Richelieu la gouverne. Le Cardinal, l'une des personnalités les plus puissantes et les plus menacées de son temps, doit sans cesse regarder des ennemis de la Couronne. L'espionnage, l'assassinat, la guerre, tout est bon tour parvenir à leurs fins... et même la sorcellerie, qui est l'œuvre des plus fourbes adversaires du royaume: les dragons! Ces redoutables créatures surgies de la nuit des temps ont en effet survécu et se dissimulent parmi les humains, ourdissant de sombres complots pour la reconquête du pouvoir. Déjà la cour d'Espagne est tombée entre leurs griffes... Alors, en cette nuit de printemps, Richelieu décide de jouer sa carte maîtresse. Il reçoit en secret un bretteur exceptionnel, un officier dévoué que la trahison et le déshonneur n'ont pourtant pas épargné : le capitaine La Fargue. Car l'heure est venue de reformer l'élite secrète qu'il commandait jadis, une compagnie d'aventuriers et de combattants hors du commun, rivalisant d'élégance, de courage et d'astuce, ne redoutant nul danger: les Lames du Cardinal!




La LC de la semaine avec Yumi. Alors cette nana m'a déjà fait lire des trucs dégueu. Mais là, une scène de brûlure d'oeil à la cigarette. Comment vous dire? J'ai eu du mal à me coucher de suite !
Je m'appelle Raphaël, je viens de passer 14 ans de ma vie derrière les barreaux. Avec mon frère, William, et deux autres complices, nous avons dérobé 30 millions d'euros de bijoux. Ç'aurait dû être le coup du siècle, ce fut un bain de sang. Deux morts et un blessé grave. Le blessé, c'est mon frère. Alors, je dois chercher une planque sûre où Will pourra reprendre des forces.
"Je m'appelle Sandra. Je suis morte il y a longtemps dans une chambre sordide. Ou plutôt, quelque chose est né ce jour là..."
Je croyais avoir trouvé le refuge idéal. Je viens de mettre les pieds en enfer.
"Quelque chose qui parle et qui marche à ma place. Et son sourire est le plus abominable qui soit..." 




Avec la Chouille, on a bientôt terminé (on en est à une certaine scène de bisou qu'on se retrouve tous avec des papillons dans le ventre à chaque fois). 
Dans un monde de plus en plus inquiétant, Harry se prépare à retrouver Ron et Hermione. Bientôt, ce sera la rentrée à Poudlard, avec les autres étudiants de sixième année. Mais pourquoi Dumbledore vient-il en personne chercher Harry chez les Dursley ? Dans quels extraordinaires voyages au cœur de la mémoire va-t-il l'entraîner








Entre deux, je lis aussi cela. Parce que cela passe tout seul et qu'il faut bien terminer les sagas (l'excuse à deux balles je sais)
Le cauchemar d’une nuit d’été ? Robin Goodfellow. Puck. Farceur de la Cour d’Eté, bras droit du roi Obéron, véritable fléau de l’existence d’une reine fae – et ami secret du Prince Ash de la Cour d’Hiver. Jusqu’à ce que la mort d’une fille ne vienne s’interposer entre eux, et qu’une autre ne vole leur cœur.
Ash a accordé une faveur de trop et quelqu’un est venu la lui réclamer, forçant ainsi le prince à se rendre dans un lieu où il ne peut pas aller sans l’aide de Puck : au cœur de la Cour d’Eté. Puck quant à lui doit faire face à l’ultime choix qui s’offre à lui : trahir Ash et peut être conquérir la fille qu’ils aiment tous les deux, ou aider son ami d’autrefois devenu son ennemi juré à mettre en place une tromperie à laquelle aucun vrai farceur fae digne de ce nom ne pourrait résister. 


 Dans les oreilles, sur le chemin du boulot, j'écoute Malronce. Et je frissonne et sursaute tout le temps (comme cela, vous me repérerez de suite sur la route :) )
  Imaginez un monde où la nature a repris le pouvoir, où les adultes sont redevenus sauvages et les enfants se sont assemblés en bandes pour survivre, où chaque promenade est une expédition, chaque jour passé, un exploit. Un monde recouvert par un océan de forêts, peuplé de créatures fabuleuses, traversé de courants étranges, d’énergies nouvelles. Un monde nouveau où trois adolescents tentent de déjouer les pièges d’une mystérieuse reine, acharnée à leur perte : Malronce. Oubliez tout ce que vous savez… pénétrez dans Autre-Monde.







Vraiment, pourquoi Brendan Doyle, jeune professeur californien, aurait-il refusé de faire à Londres cette conférence payée à prix d'or? Comment deviner que l'attend la plus folle et la plus périlleuse des aventures ?
Voyez plutôt: à peine arrivé, le voici précipité, par une mystérieuse brèche temporelle, dans les bas-fonds de Londres. De Londres en 1810 ! Sorciers, sectes et rumeurs de loup-garou ... Et, nul doute, quelqu'un cherche à l'enlever sinon à le tuer !
Au hasard de sa fuite, Doyle régressera jusqu'en 1685 puis sera projeté dans l'Égypte de 1811 où des magiciens vénèrent encore le dieu Anubis.
Traqué, maintes fois capturé et toujours s'échappant, il cherche à corps perdu la "brèche" du retour. 






Tandis que les crises qui secouent l'Empire redoublent de violence et annoncent son effondrement définitif, la Fondation créée par le psychohistorien Hari Seldon pour sauvegarder la civilisation devient de plus en plus puissante, suscitant naturellement convoitise et visées annexionnistes. En tout premier lieu, celles de Bel Riose, jeune général qui voit dans les secrets détenus par la Fondation le moyen de monter sur le trône. C'est alors qu'apparaît un mystérieux et invincible conquérant, surnommé le Mulet, que le plan de Seldon n'avait pas prévu...







 1355. Le jeune Guillaume de Tasteville, envoyé au cachot pour être puni de sa jalousie à l’égard de son frère cadet, échappe au fléau qui emporte toute sa famille : la peste.
Vingt-cinq ans plus tard, c’est sous un nom d’emprunt qu’il parcourt les routes de la chrétienté, traquant les blasphémateurs, sorciers et autres hérétiques. C’est l’époque de l’Inquisition, et il en est un des bras armés. L’Église est déchirée par des luttes internes : en Avignon règne le pape Clément VII, un bon vivant, tandis qu’à Rome le pape Urbain VI prône une rigueur absolue. Dans ce contexte de schisme, les temps sont particulièrement troublés. Quand des meurtres sont perpétrés sur des prêtres – mutilés atrocement, ils sont cloués sur des croix, tête en bas –, celui qui se fait désormais appeler Guillermo Barnal n’a de cesse de retrouver les maudits qui osent commettre de telles horreurs. Son enquête le mène vers la belle et mystérieuse Madeleine, dont les cheveux de feu et le tempérament sauvage pourraient être des signes de sorcellerie… Mais le spectre de la Mort noire n’a pas fini de rôder. L’épidémie de peste est-elle une punition divine ? Un médecin idéaliste se dresse face à l’inquisiteur et veut lui prouver que l’on peut sauver les populations. Entre les deux hommes s’engage un bras de fer au cours duquel chacun va voir ses certitudes vaciller.



3 commentaires:

  1. ➨ Je te souhaite de belles découvertes et une bonne semaine !

    RépondreSupprimer
  2. Je te souhaite une très belle semaine livresque

    RépondreSupprimer
  3. Une très belle semaine!!! Bonnes lectures à venir!

    RépondreSupprimer