jeudi 20 novembre 2014

Les lames du cardinal de Pierre Pevel



Tome 1


Présentation de l'éditeur : Paris, an de grâce 1633. Louis XIII règne sur la France et Richelieu la gouverne. Le Cardinal, l'une des personnalités les plus puissantes et les plus menacées de son temps, doit sans cesse regarder des ennemis de la Couronne. L'espionnage, l'assassinat, la guerre, tout est bon tour parvenir à leurs fins... et même la sorcellerie, qui est l'œuvre des plus fourbes adversaires du royaume: les dragons! Ces redoutables créatures surgies de la nuit des temps ont en effet survécu et se dissimulent parmi les humains, ourdissant de sombres complots pour la reconquête du pouvoir. Déjà la cour d'Espagne est tombée entre leurs griffes... Alors, en cette nuit de printemps, Richelieu décide de jouer sa carte maîtresse. Il reçoit en secret un bretteur exceptionnel, un officier dévoué que la trahison et le déshonneur n'ont pourtant pas épargné : le capitaine La Fargue. Car l'heure est venue de reformer l'élite secrète qu'il commandait jadis, une compagnie d'aventuriers et de combattants hors du commun, rivalisant d'élégance, de courage et d'astuce, ne redoutant nul danger: les Lames du Cardinal!








Deux genres littéraires si chers à mon petit cœur

Quand j'étais adolescente, je lisais beaucoup de classiques. Parce que ma famille pensait que c'était bien pour moi (et moi aussi, il faut l'avouer). Et donc, quand j'étais adolescente, j'ai lu les Trois Mousquetaires d'Alexandre Dumas. Et j'ai eu comme cadeau des heures et des heures de ravissement, de rêve, des aventures.

Et quand j'étais adolescente, je lisais de la Fantasy. Et je passais des heures et des heures à rêver que les dragons existent pour me démontrer leur puissance, pour me montrer que la magie existe pour de vrai. Et j'ai lu des livres et des livres à ce sujet, toujours obsédée par la puissance de l'imaginaire des auteurs..

Et puis j'ai grandi, et Pierre Pevel a écrit les lames du Cardinal. Que j'ai lu, forcément (avec deux ans de retard, royale, toussa toussa). Mais je l'ai lu et j'ai fait un bon dans mon adolescence à suivre des aventures de cape et d'épée, à maudire le Cardinal et son esprit totalement machiavélique. Et en plus, il y a de la magie et tout ce qu'il faut avec. Que demande le peuple ? A part que j'ai envie de relire les Trois Mousquetaires?


Pierre Pevel a su maîtriser le foisonnement des personnages et créer un ordre qui n'a rien à envier à sa préférence.

C'est vrai que prendre comme chef le Cardinal de Richelieu, le connaissant dans les romans,c'était un petit peu risqué. Parce que, normalement, nous sommes du côté des Mousquetaires et de la Reine, par du tout de Richelieu (alors qu'Historiquement, il était plutôt bon en politique). Bref, Pierre Pevel décide de créer les Lames du Cardinal qui correspondent à peu près aux Mousquetaires mais avec des capacités un peu plus magiques

Donc, pleins de personnages ont dû apparaître, alors qu'il a dû se douter que nous en connaissions d'autres et donc que nous chercherions ceux là aussi. Et bien l'auteur a réussi son pari. J'ai scruté et j'ai scruté le moindre petit défaut dans l'agencement de ces personnages et non, nous n'avons pas de caricatures des anciens, nous n'avons pas non plus des personnages fades et nous avons aussi quelques clins d’œil. 

En bref, oui je vous ai largement comparé les deux auteurs, dans les grandes lignes et grossièrement, je vous l'accorde. Mais je voulais surtout vous donner l'envie de découvrir tout ceci par vous même. Car il y a des livres qui ne se racontent pas. Ils se lisent, tout simplement.

1 commentaire: