jeudi 20 novembre 2014

La reine liberté de Christian Jacq




Tome 1 : L'Empire des Ténèbres


Présentation de l'éditeur : L'Egypte n'est plus que l'ombre d'elle-même. Une armée de barbares venus d'Asie, montés sur des chars attelés à des chevaux (les Egyptiens n'en avaient jamais vu!), a déferlé sur l'empire. On les appelles les Hyksos, les "chefs des pays étrangers". Ils ont réduit en esclavage la terre des pharaons.
Une seule cité n'a pas cédé, Thèbes, sur laquelle regne encore la veuve du dernier pharaon, Téti la Petite. Et Téti sait que les hommes ont renoncé devant la cruauté des Hyksos, devant les tortures incessantes, les exécutions sommaires, et ces bagnes dont personne n'est jamais revenu.
mais téti a une fille de dix-huit ans, Ahotep. Et Ahotep, elle n'a jamais accepté la défaite: "Lorsqu'on n'a pas le choix, dit-elle souvent, on est libre!". Elle est fiére, belle, courageuse, elle n'a peur de rien. Et c'est ainsi qu'elle décide de ranimer la flamme de la résistance égyptienne! A elle seule! Avec la liberté en signe de ralliement....









Le plaisir de retrouver cette saga

La Reine Liberté, c'est une de mes sagas chouchou de cette auteur. Mais je l'avais en édition Poche, usées par le temps et les relectures. En allant dans mon bouquiniste préféré, je la vois dans une belle édition. Aussi, je me suis dit qu'une petite relecture s'imposait, histoire de vous la chroniquer.

Pourquoi un amour aussi absolu pour la plume de Christian Jacq ? Tout simplement parce que j'ai eu mes premiers beaux romans de cet auteur (achetés par ma marraine). Et comme j'étais très férue d'histoire égyptienne, il faut avouer qu'il a une plume très fluide et qu'il se met volontiers à niveau de celui qui est néophyte. De plus, il ajoute une petite notion de surnaturel, propre à la magie égyptienne, qui m'enchante à chaque fois.

Aussi, ce fut avec grand plaisir que j'ai renoué avec cette saga, qui malgré les années étaient encore bien fraiche dans ma tête.

Christian Jacq aime les femmes fortes dans l'histoire égyptienne.

Et pourtant, il aussi ne pas entrer dans la mièvrerie de la romance. Certes, il y'en a, comme dans toute vie, mais l'importance du destin prend toute sa place. De plus, il narre l'histoire un peu comme dans un conte, en tradition orale. Aussi, vous aurez un récit léger, certes très facile au niveau de l'intrigue, mais cela vous permet tout bonnement de vous déconnecter de votre vie le temps de 300 pages.

Si vous avez envie de vous laisser emporter par la magie égyptienne, de découvrir un peu la culture et le folklore égyptien, la découverte des chevaux et la mythologie égyptienne, cette saga est pour vous, ou pour vos adolescents, afin d'aiguiser leur curiosité à l'Histoire.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire