jeudi 27 novembre 2014

Elric de Michael Moorcock



Tome 1 : Elric des dragons.





Présentation de l'éditeur : Melniboné, l'île aux Dragons, régnait jadis sur le monde. Désormais les Dragons dorment et Melniboné dépérit. Sur le trône de Rubis siège Elric, le prince albinos, dernier de sa race, nourri de drogues et d'élixirs qui le maintiennent tout juste en vie. La menace plane ; alors il rend visite au Seigneur du Chaos, Arioch, et conclut un pacte avec lui. Il s'engage ainsi sur le chemin de l'éternelle aventure : le Navire des Terres et des Mers le porte à la cité pestilentielle de Dhozkam, et son destin le pousse à franchir la Porte des Ténèbres ; au-delà, deux épées noires attendent leur maître et leur victime...







Un tome d'introduction.

Je vous mettrai bien des points de suspension, histoire de montrer que je soupire, toussa toussa. Mais en fait non. J'ai bien aimé donc je ne vois pas pourquoi. Elric des dragons est un tome très court. Voire même très très court Et c'est un tome indispensable. Pourquoi ? Tout d'abord, il nous montre les personnages qui vont agir pendant la saga. De plus, il nous montre une société en déclin, l'île aux Dragons. Enfin, ils nous montrent Elric a un tournant de sa vie. La saga va montrer une nouvelle voie qu'il va explorer.

Du coup, ce tome prend tout son sens vu qu'on a effectivement toutes les données en mains, un début d'intrigue, quelques scènes d'action, l'état d'esprit des personnages et une ambiance de posée. Et oui, pour une bonne grande saga, c'est plutôt pas mal de commencer dans ce sens là.


Elric, un personnage sombre.

Elric fait partie de ces personnages que, dès qu'on les rencontre en littérature, on sait qu'on est dans de la Dark Fantasy. C'est plus fort que lui, c'est plus fort que l'auteur, mais si on veut une saga dans ce genre littéraire, il faut les personnages qui vont avec. Dans le sens où il est roi, il a des pouvoirs, il est amoureux. Mais sa Cour ne veut pas de lui, il subit un grand mal et doit tout le temps prendre des médicaments et son peuple est en déclin. Il a perdu de sa superbe.

La question est : va-t-il les laisser tels quels ou va-t-il se battre pour retrouver une splendeur passée. Les anciennes alliances sont-elles toujours disponibles ? Va-t-on devoir partir en guerre ? Changer ? Ou la mort de cette société est-elle inéducable ? Ce sont toutes les questions que se posent ce premier tome, une excellente introduction où on ne s'ennuie pas. Un très bon début de cycle.

1 commentaire: