vendredi 5 septembre 2014

Half life by Sally Green



1 : Half Bad





Présentation de l'éditeur : Dans l’Angleterre d’aujourd’hui, deux clans de sorciers vivent en secret au côté des humains : les adeptes de la magie blanche et les sorciers noirs. Mais la naissance de Nathan vient bousculer l’équilibre des forces car il est à la fois un sorcier blanc et un sorcier noir. Son père est un des plus puissants et cruels sorciers du monde. Sa mère, adepte de la magie blanche, est morte. A 16 ans, Nathan va recevoir ses pouvoirs comme tous les sorciers. Mais il n’est pas comme tous les sorciers… Son clan va décider de l’enfermer : Nathan est piégé dans une cage, battu et menotté. Les frontières entre le bien et le mal n’ont jamais été aussi floues et menacées.








Je reste une femme futile et superficielle

En trainant sur les chaines Youtubes anglosaxonnes et sur mon dealer professionnel VO, j'ai nommé The Book Depository, je tombe littéralement amoureuse de la couverture. En regardant de plus près le résumé, je me dis que c'est un peu innovant, un peu sombre, un peu fantastique aussi. J'ai cliqué, j'ai reçu cette magnifique édition et j'ai lu tranquillou, chapitre par chapitre, par petits bouts, le soir quand j'étais en forme.

Jusque là, pas de réel problème, vous allez me dire. Sans compte que sur les trois mois de cette lecture dont je me suis délectée, la Blogo a fait son œuvre et tout le monde a commencé à parle de Half Bad. J'ai fermé mes écoutilles au maximum, afin de ne pas trop me faire ou spoilée ou influencée et j'avoue avoir réussi. Sauf que j'avais envie de le terminer et vite ! Bref. Faut avouer, mon édition est ma-gni-fique


Un roman tout en psychologie.

Le postulat de base est très simple : un jeune garçon est enfermé dans une cage. Pourquoi ? Il est le fruit de deux clans. Sa mère a été violée ? Ou a-t-elle vécu une espèce de romance interdite ? Ca vous ne le saurez que par la suite. Tout simplement, nous savons que ce jeune garçon est à moitié sorcier blanc, à moitié sorcier noir. Et il est littéralement torturé à l'aube de ses 17 ans. Et là, mon petit cœur se révolte mais je me dis au début qu'il est peut être mauvais (allez savoir)

Sally Green nous fait découvrir l'enfance difficile de ce garçon. Sa mère morte, son père en fuite. Il est élevé par sa grand-mère qui est sévère et juste mais il subit les brimades et le harcèlement d'une de ses sœurs. Une fois à l'école, cela continue, comme de bien entendu, ce qui accentue ces petites tortures. Ensuite, il y a une sorte de comité de sorciers blancs qui l’évaluent constamment, le contraignant de plus en plus jusqu'à le marquer !

Waouw ! Non mais ce gamin a un père maléfique (d'après ce qu'on raconte) mais quand même. Il n'est pas mauvais. Il a même l'air un peu sympa quand on apprend à le connaître. En effet, Nathan a un humour délicieux et froid comme je les aime, il aime se ballader dans la nature et surtout il se pose des questions : est-il mauvais ? Pourquoi son père ne vient pas le chercher ? Pourquoi le tenons nous enfermé dans une cage ? Pourra-t-il mener une vie normale ? Mais jamais je ne vois de haine venant de lui.... Jamais


Un roman qui vous fait réfléchir sur de bonnes intentions 

Car ces sorciers blancs, qui sont censés représenter le bien. Ils torturent un adolescent ! (je vous laisse relire cette phrase). L'auteure réussit à nous démontrer que sous couvert de l'autorité, les gens se permettent de faire l'innommable : la torture psychologique et physique. Cela ne vous rappelle rien ? Et bien moi si. Cela me rappelle les expériences psychologiques que l'on a fait après la guerre pour comprendre comment certains Allemands, bons pères de famille, ont pu se retrouver à torturer des juifs. Et le constat a été sans appel : si une autorité supérieure vous dit de torturer quelqu'un, la plupart des personnes vont le faire, tout simplement. Et c'est ici ce qui se passe.

En effet, sous couvert des origines des Nathan (à moitié sorcier noir), les sorciers blancs vont automatiquement le classer mauvais, sans apprendre à le connaître et vont se permettre de jouer avec sa vie, de lui faire des chantages incroyables et de lui enlever son humanité (si c'est possible de le faire).

Et ce superbe adolescent tient le coup ! Il n'est pas parfait, certes, mais il tient le coup ! Je suis très admirative sur cela car Nathan va tenter d'enquêter sur son père et surtout il va tout faire pour survivre ! Enfin, il tentera de garder son esprit intact.

En bref, je vais vous laisser découvrir Half Bad. Pour ma part, le second tome : Half Wild est d'ores et déjà précommandé (il sort l'année prochaine).

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire