dimanche 13 juillet 2014

Mordred de Justine Niogret






Présentation de l'éditeur : Oyez la sinistre et triste histoire de Mordred, le chevalier renégat. La légende veut que Mordred, fruit des amours incestueuses d’Arthur et de sa sœur Morgause, soit un traître, un fou, un assassin. Mais ce que l’on appelle trahison ne serait-il pas un sacrifice ? Alité après une terrible blessure reçue lors d’une joute, Mordred rêve nuit après nuit pour échapper à la douleur. Il rêve de la douceur de son enfance enfuie, du fracas de ses premiers combats, de sa solitude au sein des chevaliers. Et de ses nombreuses heures passées auprès d’Arthur, du difficile apprentissage de son métier des armes et de l’amour filial. Jusqu’à ce que le guérisseur parvienne à le soigner de ses maux, et qu’il puisse enfin accomplir son destin.








J'avais besoin d'une petite friandise.


L'écriture de Justine Niogret, une fois qu'on y a goûté, une fois qu'on l'apprécie, c'est comme un bonbon acidulé qu'on aime prendre en rentrant du boulot, lorsque la journée fut rude et qu'on a besoin d'un peu d'évasion. Je suis rentrée un soir chez moi, j'avais mal partout et je savais qu'en cas de coup dur, j'avais Mordred qui m'attendait. Alors le livre n'est pas bien gros, puisque c'est le format court qu'apprécie l'auteur. Et le livre en lui même, est une pure beauté. Oui, je sais qu'il y a parfois débat sur la nouvelle ligne éditoriale des éditions Mnémos. Mais si par le grand des hasards quelqu'un de cette maison d'édition passe par là et que mon avis lui importe, laissez moi vous dire que vous ne devez rien changer. J'adore vos nouvelles couvertures.


Quant à Justine Niogret, si elle passe encore par le plus grand des hasards ici, je tiens à dire que je n'ai plus beaucoup de livre à lire. De vous, je veux dire. Et que je suis extrêmement grognon en période de Noël (allusions allusions ;) )



Et surtout, si vous avez envie d'avoir une autre vision de Mordred

Je connais un peu les légendes arthuriennes. Mais jamais je n'aurai pensé un jour éprouver autant de compassion et de sympathie pour Mordred. Jamais ! Grâce à l'auteur, c'est maintenant un personnage qui va réellement m'intéresser et je pense me refaire une petite bibliographie sur ce personnage. Une nouvelle aire de recherche s'ouvre à moi :)

Quant au style de Justine Niogret. Il n'a pas changé d'un poil, et le médiéval lui va à ravir. Depuis Chien du heaume et Mordre le bouclier, c'est maintenant une belle musique à mes oreilles que j'apprécie grandement. Maintenant, je pense me pencher sur le style SF de l'auteur. Mais ce sera pour une autre chronique :)


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire