vendredi 4 juillet 2014

Les chants de la Terre Lointaine d'Arthur C. Clarke











Présentation de l'éditeur La Terre se meurt et les derniers représentants de l'espèce humaine prennent place à bord du Magellan pour un voyage de plusieurs centaines d'années. Au cours d'une escale sur une planète-océan colonisée longtemps auparavant par des vaisseaux-semeurs, l'équipage du Magellan rencontre des humains pour qui la Terre n'est déjà plus qu'un lointain souvenir, une légende.







Un titre qui raisonne comme un écho.

C'est vrai, lorsqu'on lit ce titre, on se dit que livre sera profondément triste. Allez savoir pourquoi. Et pourtant, c'est une histoire de retrouvailles, celle d'un million d'être humains natifs de la planète Terre avec une colonie humaine. Par ces retrouvailles, on verra ainsi les évolutions d'une culture, des retours vers les origines, des tensions, certes, mais aussi beaucoup de sentiments d'attachements qui vont se créer.

En quelques sortes, cette rencontre est comme recevoir un message de nos parents disparus, ou de les revoir une seule journée. C'est ce mélange de joie, et de tristesse qu'Arthur C. Clarke a réussi à capter dans son récit. Et c'est réellement très bien saisi, très bien écrit mais aussi et surtout très bien pensé. En effet, dans un récit de science fiction, on pense de suite à l'exploration, aux guerres, aux intrigues, mais jamais nous ne pensons tout simplement aux rencontres entre deux groupes de personnes de deux mondes différents.



Un récit mené dans une ouverture d'esprit complète.

Avoir des mœurs et une culture différente, c'est bien vu pour ce type de romans. Mais encore faut il les accepter en tant qu'auteur pour éviter que son propre lecteur ne prenne pas partie. Là encore, nous avons réussi à capter les deux cultures, sans prises de position réelles. Ainsi, Arthur C. Clarke réussit ce tour de main de nous faire découvrir les Thalassiens comme si nous leur rendions effectivement visite.

En bref, un roman inoubliable que j'ai réussi à faire traîner très longtemps (mon pauvre Clen, je t'ai encore fait souffrir). Et oui, cela fait plus d'un an que mon meilleur ami tente de me faire lire ce petit bijou mais j'ai réussi à le faire mariner un peu. En tous cas, ne faites pas comme moi, lisez le et vite





Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire